LA CIGARETTE: Les mineurs fument par plaisir

La cigarette nuit beaucoup à la santé. Les mineurs consomment ce produit par « simple plaisir » malgré les nombreux conseils de leurs parents et amis.
On le surnomme dans la rue « Petit bandit ». Ce pseudonyme, il l’a eu parce qu’il aime le « banditisme et le vol », explique Blo, un soudeur de plastique à Banconi Layebougou. De son vrai nom, Mamoutou, « Petit bandit » a les lèvres toutes noircies. Cause : cigarette. Il n’a que 15 ans. Et pourtant, il fume de la cigarette depuis deux ans maintenant. « Je peux fumer quatre à six mèches de cigarette dans la journée », explique-t-il.
Papou, un de ses grands-frères, est son maître. Contrairement à « Petit bandit », Papou dit fumer 20 mèches de cigarette par jour, l’équivalent d’un paquet. 17 ans, il a commencé à fumer il y a un an. Un autre fumeur. Diafitini, homonyme de Dia en français, n’a que 19 ans. « J’ai commencé à fumer il y a 7 ans », se rappelle-t-il. « Tôt le matin, si je ne prends pas une mèche de cigarette au moins, je ne pourrai pas aller au travail. Par jour, je consomme en moyenne douze mèches», ajoute-t-il cigarette entre les doigts, une casquette noire superbement posée sur son cran. Il se couche tardivement la nuit à cause du « grin » où il alterne thé et cigarette à la fois.
Le plaisir de fumer
Une raison toute simple. « Au début, je ramassais des morceaux de cigarette par terre et je les allumais. Ensuite, j’en ai pris goût. Franchement, je fume par plaisir », souligne « Petit bandit ». Simple plaisir. Voilà pourquoi Papou aussi a commencé à fumer. Selon lui, ses amis consommaient de la cigarette au « grin ». Du coup, il est devenu comme eux. « Aujourd’hui, je fume plus que mes amis. Ils ne peuvent pas consommer plus de 10 mèches par jour. Moi, je fume un paquet », explique-t-il.
Diafitini allait au marché pour vendre des pièces détachées. « Mes patrons m’envoyaient acheter de la cigarette dans les boutiques. Ils me disaient de l’allumer. En venant, je tirais deux coups. Voilà, pourquoi je suis devenu fumeur à bas âge », informe-t-il. La cigarette lui importe plus. « Même si je ne prends pas de déjeuner, la cigarette me suffit parce qu’elle me donne de la forme », dit-il en montrant la mèche de cigarette pincée entre les doigts de sa main droite.
Parents et amis non-fumeurs conseillent…
Fatoumata Traoré est mère de famille. Il a trois garçons et deux filles. Un de ses garçons fume. « Quand je vois les enfants avec la cigarette, je ne leur dis d’abandonner. Au cas où ils n’écoutent pas mes conseils, je les laisse », explique-t-elle. Selon cette quinquagénaire, une chose est sûre. La cigarette joue négativement sur les poumons et tue même. « Autrefois, le tabac était consommé par les vieillards de 60 ans ou plus. Ils le mettaient dans les pipes et fumaient », rappelle-t-elle. Selon elle, la cigarette est la porte à tout : la drogue, l’alcool.
Blo, le soudeur de plastique, est atypique. Il est entouré de fumeurs mais ne consomme pas de la cigarette. Il n’accepte aucun fumeur mineur sous son hangar. « Je parle tout temps à mes amis fumeurs. La cigarette n’a aucune importance. Au contraire, ça crée des anomalies sur la mort et même conduire à la mort. Ils ne m’écoutent pas. Je les laisse tranquille mais je leur dis que je n’aime pas qu’ils fument à mon lieu de travail », avance-t-il.
« Le tabac nuit gravement à la santé »
Selon Sékou Bagayoko, médecin au centre de santé de référence de la Commune I (Csref), ce produit peut entraîner le cancer de la gorge et du poumon, de la toux, de la nausée, de la diarrhée, des maux de tête, des vomissements et de la faiblesse sexuelle. « Le tabac fait partie des excitants. Il contient entre autres de la nicotine, du goudron, du monoxyde de carbone, du méthanol qui nuisent beaucoup à la santé», précise-t-il. « Je traite beaucoup de cas de mineurs fumeurs du tabac après les accidents de la circulation, ajoute-t-il. Après, je leur conseille d’abandonner de fumer pour leur propre bien ». « Je sais que ça me tue mais je continue de le faire. Souvent, j’ai la toux mais que faire », exclame « Petit bandit ».
Depuis 2010, la loi sur la commercialisation et la consommation du tabac et des produits du tabac existe au Mali. Cette loi « interdit à toute personne de moins de dix-huit ans de vendre ou de distribuer des cigarettes ou autres produits du tabac » et de « de fabriquer ou de vendre des objets, notamment, des bonbons, des snacks et des jouets qui ressemblent à des produits du tabac. »
Sékouba Konaré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here