Après la publication de l’article du Figaro Mali contre le président de l’Assemblée Nationale : Le bureau et la conférence des présidents dénoncent un acte infondé et grossièrement mensonger

Suite à un article paru, mardi dernier, dans un journal de la place, Le Figaro du Mali, article que certains ont vite qualifié de calomnieux à l’endroit du Président de l’institution, Issaka Sidibé, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné a présidé, ce jour, 10 février 2017, une réunion des membres du bureau élargie à la conférence des présidents. La rencontre qui s’est déroulée dans la salle de la Commission Santé de l’Assemblée Nationale, a pris fin avec la publication d’un communiqué dans lequel l’article en question est considéré comme constituant une grave atteinte à l’intégrité du président de l’Assemblée Nationale, du personnel et de l’institution toute entière.  «Cet article au caractère infondé et grossièrement mensonger, viole les règles de base de la déontologie du métier de journaliste», indique le communiqué qui dénonce et rejette un écrit qui «s’attaque de manière irresponsable, à l’honneur et à la dignité de la deuxième personnalité de la République.. ». Selon l’honorable Timbiné, qui a lu cette déclaration, l’article en question est une basse besogne dont l’objectif est connu : nuire ou plutôt abattre un homme politique en charge d’une des plus hautes missions de l’Etat.  Selon toujours le communiqué,  cet article s’inscrit dans le droit fil d’une série d’actes de sabotages posés par des personnes mal intentionnées et à chaque victoire remportée par notre pays. Plusieurs exemples sont ainsi cités : l’attentat terroriste de Gao survenu juste après le 27è sommet Afrique/France ; cette agression médiatique ayant occasionné une exploitation cybercriminelle à l’encontre de l’Assemblée nationale et son président intervient au lendemain de la tenue de la 12ème conférence de l’Union parlementaire des Etats membres de l’organisation de la conférence islamique (Upci) ; auxquels il convient d’ajouter l’enlèvement, à Koutiala, d’une religieuse colombienne, enlèvement survenu juste après la rencontre du G5 Sahel. «Tous ces actes et ces comportements peu orthodoxes nous amènent à croire que des mains invisibles et certains esprits malsains travaillent toujours à défaire ce que nous sommes en train de construire. L’Assemblée nationale condamne vigoureusement ces agissements et ces montages grossiers mus par une volonté manifeste de chantage mercantile auxquels se sont livrés le Figaro Mali et certains de ses complices tapis derrière des sites internet basés à l’étranger», ajoute le texte à travers lequel l’Assemblée nationale, a tenu à apporter son soutien sans faille au président de l’institution et à toutes les personnes mises en cause et blessées dans leur dignité.

La déclaration termine par un appel adressé à l’opinion nationale et internationale à faire la différence entre la vérité et la calomnie, pour le confort et l’ancrage de la démocratie.

Papa Sow /Maliweb.net


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here