France’ actu : Présidentielle française : Fillon toujours candidat

Pour essayer de reprendre en main sa ligne de défense, plus que jamais  malmenée pendant deux semaines par la polémique des  emplois présumés fictifs des membres de sa famille, François Fillon  a tenu  le lundi 06 février une conférence de presse. Comme l’on pouvait le redouter, celle-ci (qui ne serait certainement pas la dernière) n’aurait visiblement pas  pu causer  l’électrochoc  nécessaire  pour convaincre le monde de la presse mais aussi et surtout rassurer ses partisans du parti “Les Républicains” de son innocence suite  aux polémiques  sur les emplois présumés fictifs de son  épouse Pénélope et de ses enfants.

« Tous les faits évoqués sont légaux. Rien ne me fera changer d’avis, je suis candidat à l’élection présidentielle », a tranché  François Fillon. Pourtant  à  soixante-treize jours de la présidentielle, à cause du « Pénoloppegate », l’homme  a atteint le point d’inflexion de sa courbe de sympathie  qui est désormais descendante. A part quelques rares affidés, il perdrait  crucialement la confiance d’une quantité d’élus de sa famille politique.  Dont des ténors ne seraient plus  favorables à sa candidature.

 

Une position  qui risque  de s’aggraver  par la piètre intervention de François Fillon qui ne s’est contenté, au cours de sa conférence de presse,  que d’accuser. Notamment, en  dénonçant   un « lynchage médiatique », pour ne pas dire un procès médiatique contre sa personne, accusant  le gouvernement d’avoir « organisé la fuite des informations »  qui l’accablent et  en  mettant  en cause le Parquet  financier qui  « ne serait  pas l’instance habilitée »  à traiter son dossier. Ce,  sans pour autant pu fournir des preuves tangibles de son innocence.  Toutes choses  qui ne contribuent  point  à ouvrir l’horizon  politique en sa faveur pour affronter sereinement la future présidentielle.

Ce qui est  encore évident,  eu égard  au fait qu’au lieu  de  fournir à l’opinion, aux médias et aux élus indécis de sa famille politique,  des arguments très solides pour dissiper  leurs inquiétudes, le jusque-là candidat unique de la coalition de Droite et du Centre français, ne s’est borné qu’à faire des excuses auprès des français pour avoir « légalement employé » les membres de sa famille. Une pratique  qui, selon lui, est très courante mais  désormais  décriée par l’opinion. Un fait  immoral dont le candidat Fillon continue de  minimiser  la portée  pour la suite des évènements, pour   qu’il se montre  plus que   jamais résolu  à maintenir vaille que vaille  sa candidature. De sorte que, tout en ignorant  les sondages qui lui sont désormais défavorables, l’homme très intrépide annonce  une nouvelle page de campagne.

Or  pour l’intérêt supérieur de sa famille politique, le bon sens voudrait que François Fillon  renonce à sa candidature  afin que soit remis en selle un autre candidat. C’est-à-dire,  accepter le plan « B » proposé par certains ténors de la Droite et du Centre. Tout comme  ce qu’avait connu comme  sort, Dominique Strauss Khan, pourtant candidat naturel de la Gauche (battant tous les records de sondage  à la veille  de  la présidentielle de 2012).

Un candidat potentiellement sérieux qui, pour avoir été inculpé et emprisonné  pour viol aux USA, aura été recalé par le parti socialiste s’étant contenté du coup, du candidat François Hollande. Ce dernier, comme on l’a vu, a pourtant remporté l’élection présidentielle avec brio.

Gaoussou Madani Traoré


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here