Scrutins couplés : Mode d’emploi

Depuis l’éclatement de la crise au Mali, toutes les énergies sont mobilisées pour que règnent la paix et la sécurité.

Et tous les observateurs sont unanimes que la tenue des élections de proximité mettant en place des organes légitimes concoure à atteindre cet objectif. C’est fort de ce constat que le gouvernement, à travers le ministère de l’Administration territoriale, est à pied d’œuvre pour boucler ce processus.
C’est dans ce contexte, qu’en partenariat avec les partis politiques, le département a déterminé le chronogramme des élections qui doivent se tenir de façon couplée le 28 mai prochain pour les élections locales et communales partielles, et le 9 juillet, pour les élections régionales et le référendum.
Dans la continuité de ces concertations, une réunion s’est tenue hier au département de l’Administration territoriale pour déterminer les aspects techniques liés à ce couplage. A l’issue de la réunion, le délégué général aux élections, le général Siaka Sangaré a confié que les échanges ont porté essentiellement sur la définition du schéma à adopter dans les bureaux de vote. Il s’agissait de définir l’aménagement des bureaux de vote mais aussi les autres exigences du couplage des scrutins.
Selon le général Siaka Sangaré, le couplage exige une communication agressive, voire une véritable éducation électorale intense pour que l’électeur avant d’entrer dans le bureau de vote, sache déjà ce qu’il doit faire à l’intérieur.
Autre exigence : il faut un bon aménagement du bureau de façon à ce que la disposition du personnel et du matériel électoral puisse permettre que les règles de transparence et de traçabilité soient respectées. Les opérations de dépouillement également vont nécessiter une technique spéciale qu’il faudra bien expliquer aux agents électoraux qui doivent s’occuper de deux urnes dédiées à deux scrutins distincts.
C’est pourquoi il a été recommandé de faire observer une pause entre la fin du vote et le début des dépouillements. Il convient également de prendre les dispositions nécessaires pour éclairer les bureaux de vote au cours des opérations.
Le délégué général aux élections se réjouit du fait que de façon générale les partis politiques ont largement adhéré à ces propositions. Il faut rappeler que le couplage de deux, voire plusieurs scrutins, permet de réduire le coût des élections dans un contexte de rareté des ressources financières.

L. ALMOULOUD

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here