Installation des autorités intérimaires à Kidal: la CMA fait volte-face

Les autorités intérimaires devaient être installées dans le nord du Mali à partir de ce samedi 18 février, en commençant par la ville symbole de Kidal. Ces autorités sont censées rétablir l'autorité de l'Etat jusqu'à l'organisation d'élections. Mais les ex-rebelles qui contrôlent encore la ville ont changé d'avis à la dernière minute.

Désillusion ce matin à l'aéroport de Bamako, beaucoup d'amertume aussi. Ambassadeurs, représentant de l'ONU et de la médiation internationale, tout le monde était prêt à embarquer pour Kidal.

Mais les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad, la CMA, se sont finalement opposés à la venue de la délégation. Tout était pourtant prévu pour que l'installation de ces premières autorités intérimaires soit un symbole. D'abord le lieu, Kidal, à l'extrême nord du Mali, fief des ex-rebelles qui se sont battus pour l'indépendance de cette partie du pays qu'ils appellent l'Azawad.

Un des organisateurs explique que le drapeau du Mali était dans les bagages, prêt à être hissé de nouveau sur la ville de Kidal. Trente minute après le début d’une réunion de crise improvisée dans un des salons VIP de l'aéroport, le couperet tombe, il n'y aura pas d'autorités intérimaires installées aujourd'hui.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here