Promotion et protection de la petite enfance : Les acteurs du secteur se mobilisent autour des 100 premiers jours de vie

La période  des 100  premiers jours de vie est une période clé pour le développement de l’enfant C’est pendant cette période que le capital santé de l’enfant  et de l’adulte  à venir se dessine  D’où l’importance d’édifier  les acteurs concernés  par la santé des enfants. C’est dans ce cadre que l’ONG, Save the children a organisé le  vendredi  17 février 2017un atelier au grand hôtel de Bamako avec pour objectif de réfléchir et échanger sur la problématique du bien-être des enfants.

Cet atelier  placé sous la présidence  conjointe du ministre de l’éducation nationale et du ministre de la santé et de l’hygiène publique  a regroupé  plusieurs acteurs du secteur de l’éducation et de la santé infantile dont entre autres l’UNICEF, l’OMS et certaines organisations de la  société civile…

Dans sa présentation sur ‘l’approche Globale/scientifique du Lancet/approche les 100 premiers jours de l’enfant’, la représentante de Save the Children, Sara Poehlman, a démontré  à plus d’un titre que les 100 premiers de vie de l’enfant constituent une opportunité à saisir pour assurer un meilleur développement à l’ enfant, une période pendant laquelle le cerveau du futur citoyen est modelé aussi en étant préventif en cette période de vie de l’enfant, chaque parent peut  se faire économie de certaines crises ( enfant maladif, instable, difficulté à suivre une bonne scolarité etc.) sans oublier qu’il s’agit également d’un investissement pour le pays qui gagne en cadre et investit moins dans sa recherche de résolutions de conflits multiformes en ayant un fort potentiel humain . Et les recherches disent qu’une bonne nutrition pendant cette période peut radicalement changer le sort  de millions d’enfants à priori condamné à travers le monde d’où la tenue de cet atelier pertinent et d’actualité et ces échanges  devaient donc permettre aux acteurs  du secteur de trouver les mesures idoines et d’être mieux outillés  pour  le bonheur des tous petits. Comme déclaré par  Leila Bourahla,  directrice de Save the Children Mali, la tenue de cette rencontre s’inscrit pleinement dans  la vision de  son organisme.  «  la cérémonie qui nous réunit ce matin s’inscrit en droite ligne avec la vision que nous portons pour le secteur de l’éducation du Mali  à savoir accompagner l’Etat malien à trouver les  voies et moyens qui contribueront significativement améliorer la santé  des jeunes enfants » affirme  Leila Bourahla avant d’ajouter « les thématiques  nutrition,  santé, éducation font partie des trois axes stratégiques qui motivent aujourd’hui les interventions de Save the Children à travers le monde et particulièrement au  Mali. Le développement de la petite enfance avec toutes les implications constituent pour nous un domaine prioritaire qui justifie plus d’engagement et d’action intégrés ».  Quant au ministre de l’éducation nationale, Kénénekouo  dit Barthélemy Togo il a rappelé qu’avec ses partenaires, son département restait en perpétuelle réflexion pour développer des stratégies adéquates visant à améliorer les résultats scolaires en vue de mieux préparer les futures ressources humaines du pays. Et après avoir été à l’école des spécialités de la petite enfance, le ministre Togo avant de s’engager à leur soutenir dira : «  investir dans ou pour le développement des jeunes enfants, c’est jeter les bases du développement socioéconomique certain et durable Nous devons des lors, nous orienter vers une approcher multisectorielle intégrée que place l’enfant et même le nouveau-né au centre de toutes nos attentions » affirme Mr Togo, rejoint par son homologue de la santé également engagée pour soutenir les actions de l’ONG Save the children en faveur des enfants du Mali.

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net                                                                                          


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here