14ème session du conseil d’administration de la CANAM: Satisfaction générale

Conscient du fait qu’il n’existe aucun bien plus précieux que la santé, et que sans solidarité, la performance n’est ni durable encore moins honorable, la Caisse Nationale d’Assurance Mali a décidé de sortir la grosse artillerie en 2017 pour la satisfaction de tout un chacun dans le stricte respect des différences. L’information a été donnée lors de sa 14ème session du conseil d’Administration qui s’est déroulée le mardi dernier au siège du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM). Présidé par le PCA Cheick Oumar Dia, l’exercice a enregistré la présence du DG de la structure Ankoundio Luc Togo et de l’ensemble des administrateurs. A l’ordre du jour : l’examen et l’adoption du procès-verbal de la 13ème session ordinaire; l’examen et l’état de mise en œuvre des recommandations de la 13ème session ordinaire ; et l’examen et l’adoption du programme d’activités et du projet de budget 2017.
La CANAM joue un rôle majeur dans la régulation du secteur ambulatoire (soins effectués en dispensaires, centres de soins ou lors de consultations externes d’établissements hospitaliers publics). Elle conduit la politique conventionnelle avec les différentes professions de santé(médecins, infirmiers, dentistes, etc.) afin d’aboutir à des accords-cadres déterminant les obligations respectives des organismes d’assurance maladie et des professionnels de santé, ainsi que les mesures que les partenaires conventionnels jugent appropriées pour garantir la qualité des soins dispensés, leur meilleure coordination ou pour promouvoir des actions de santé publique.

Définir le champ des prestations admises au remboursement et fixer le taux de prise en charge des soins fait également parti de ses prérogatives. Ainsi, d’année en année, la CANAM ne cesse d’engranger les résultats positifs à la grande satisfaction des usagers. L’exercice écoulé n’a pas dérogé à la tradition. En effet, l’année 2016 a été marquée par un certain nombre de résultats obtenus par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie.

Il s’agit entre autre : de l’immatriculation, de l’organisation de campagnes de sensibilisation notamment dans les garnisons militaires, la production et la distribution de récépissés et cartes d’assurés, la signature de conventions sectorielles avec de nouveaux prestataires de soins, et enfin le recouvrement des cotisations. A ceux-ci s’ajoutent les opérations liées au changement du système actuel de gestion de l’AMO en migrant du logiciel ESQUIF à PREMIUM 2015, système intégré plus moderne et plus performant.

Au titre des perspectives le président du conseil d’administration de la CANAM, le programme de 2017 s’articulera essentiellement autour de : la poursuite de la mise en œuvre du système intégré d’identification biométrique de type web services ; la poursuite et le renforcement des opérations d’immatriculation par l’intensification de la campagne d’enrôlement de proximité ainsi que l’observation d’une plus grande célérité dans la production des cartes ; l’amélioration de l’accès aux soins à travers la mise en place d’espaces AMO dans les structures de soins au niveau régional et l’allègement du parcours des soins au sein des structures sanitaires ; l’amélioration de la qualité des prestations et la lutte contre la fraude ; la réduction des délais de paiement des prestataires à travers la mise en place d’un réseau d’interconnexion entre les professionnels de la santé et les OGD et la mise en place progressive de la décentralisation des feuilles de soins.

Pour atteindre cet objectif noble et ambitieux, le nerf de la guerre n’a pas été oublié. Ainsi, le budget annuel 2017 est arrêté en recettes et dépenses à la somme de 53 011 500 000 FCFA contre un budget de 42 096 295 010 en 2016. Soit une hausse de 25, 93%. l’exécution de ce budget permettra de mettre l’accent sur la poursuite de la mise en œuvre du système intégré d’identification biométrique de type web services ; la poursuite et le renforcement des opérations d’immatriculation par l’intensification de la campagne d’enrôlement de proximité ainsi que l’observation d’une plus grande célérité dans la production des cartes ; l’amélioration de l’accès aux soins à travers la mise en place d’espaces AMO dans les structures de soins au niveau régional et l’allègement du parcours des soins au sein des structures sanitaires ; l’amélioration de la qualité des prestations et la lutte contre la fraude ; la mise en place d’un dispositif de lutte contre la fraude ; la réduction des délais de paiement des prestataires à travers la mise en place d’un réseau d’interconnexion entre les professionnels de la santé et les OGD et la mise en place progressive de la dématérialisation des feuilles de soins, entre autres.

Lamine Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here