Affaire de mœurs à l’Hémicycle : L’ASSAD aussi demande justice

Le Premier vice-président de l’A.N. l’honorable Moussa Timbiné rassure aller jusqu’au bout de la plainte déposée contre l’auteur de l’article incriminant le président de la deuxième Institution du pays et sa secrétaire particulière

Décidemment, la prétendue affaire de mœurs publiée dans le journal Figaro du Mali en date du 07 février 2017 continue à faire beaucoup de bruits et de déclarations soutiens en faveur des « victimes de la diffamation ». Après les communiqués de soutien des chefs des institutions de la République, du Comité syndical de l’Assemblée nationale, celui du Bureau de l’Hémicycle suivi de la plainte conjointe, la grande marche de soutien de la population de Koulikoro, c’est au tour des secrétaires de manifester leur ras-le-bol.

L’Association des secrétaires et attachés de direction (ASAD) était en sit-in, le jeudi 16 février, devant l’Assemblée nationale du Mali pour soutenir l’Honorable Issaka Sidibé et sa secrétaire particulière Mme Konaté Djénéba Coulibaly, victimes, selon l’ASAD, de diffamation de la part de notre confrère « Le Figaro du Mali ». Certains représentants de Centrale syndicale (quelle Centrale syndicale ?) ont également pris part à cette sortie.

Il s’agissait pour les secrétaires venues très nombreuses, d’éclairer la lanterne des populations sur leur rôle et place dans la vie de la nation en général et dans celle de l’administration en particulier. A l’instar du bureau de l’AN, les secrétaires disent rester solidaires de toutes les actions qui seront enclenchées à tous les niveaux pour que justice soit rendue et de façon transparente aux victimes innocentes de cette cabale et pour l’honneur de notre pays.

« Je suis secrétaire et je suis fière, je suis Isaac, je suis Djenéba… », pouvait-on lire sur quelques banderoles déployées par les secrétaires lors de leur sit-in qui a duré trois heures de temps devant l’Assemblée Nationale.

A l’issue du sit-in, la présidente de l’ASAD, Mme Bocoum Salimata Ouattara, a remis au premier vice-président de l’AN, l’honorable Moussa Timbiné, une motion de soutien au président Issaka Sidibé et à sa secrétaire, contre « l’accusation infondée » de mœurs dont ils ont été l’objet par « Le Figaro du Mali ». Face à cette atteinte qui n’épargne aucune secrétaire, les secrétaires demandent à l’Etat de prendre ses responsabilités pour mettre fin à l’impunité et au laisser-aller dans la presse. Par la voix de sa présidente, l’ASAD exprime sa fierté pour les secrétaires d’être des guerrières dans l’ombre de l’administration, contribuant à l’émergence des grands hommes de ce pays.

Dans sa motion, lue par sa présidente, l’ASAD se dit plus que jamais concernée par l’affaire et dénonce « le terrorisme journalistique » de certains journalistes utilisant la plume à la solde de puissants lobbies récupérateurs, tapis derrière des sites internent délocalisés, contre une des leurs dont la proximité avec le patron n’est qu’une réalité de fonction. « Les gens qui s’attaquent aux institutions et à nos valeurs sociales sont porteurs de périls et plus dangereux que le Sida. Par conséquent, l’ASAD reste solidaire de toutes les actions qui seront enclenchées pour que justice soit rendue à toutes les victimes pour l’honneur de notre pays », souligne la motion. En qualifiant l’auteur de l’article d’amateur et de spécialiste de l’imagination, l’ASAD condamne avec la dernière rigueur sa sortie contre le Président de l’Assemblée nationale et sa secrétaire et demande à la presse de faire preuve de patriotisme et de mettre les secrétaires à l’écart des combats politiques.

En recevant la motion de soutien, l’honorable Moussa Timbiné a d’abord salué cette réaction spontanée des secrétaires du Mali, après « l’affront sans fondement » du journal qui ternit l’image de tout le Mali. Il a indiqué attendre la réaction aussi des leaders religieux, puisque à ses dire, même dans la religion, il y a des règles préétablies à observer avant d’accuser quelqu’un de mœurs, notamment la preuve et le témoignage. A en croire Moussa Timbiné, le combat qui vaut n’est pas un combat des secrétaires, ni de Djenèba, ni de d’Issaka Sidibé, mais le combat de tous les patriotes maliens et tous ceux qui sont épris de justice, avant de confirmer qu’une plainte a été déposée contre le journaliste Ammy Baba Cissé du journal « Figaro du Mali ». Il a conclu par dire que « toute l’Assemblée nationale formant un bloc derrière leur président et leur secrétaire ira jusqu’au bout de cette affaire ».

Daniel KOURIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here