Economie : Le diagnostic du Dr Boubou Cissé sur l’économie malienne : un bilan au beau fixe

« Nous avons une économie  qui se porte relativement bien surtout par rapport à la crise sécuritaire nationale et internationale  »  dixit le Dr Boubou Cissé, ministre de l’économie et des Finances   lors de son passage le samedi 18 février 2017 sur le plateau de l’émission  « Les décideurs » diffusée sur les antennes de  Renouveau TV.

« Nous avons une économie  qui se porte relativement bien surtout par rapport à la crise sécuritaire nationale et internationale…  », telle  était la réponse  du ministre de l’économie et des finances, Dr Boubou Cissé, interrogé par le présentateur de l’émission « Les décideurs », Alexis Kalembri, directeur de publication du journal « Les Echos » qui sondait le ministre sur l’état actuel de l’économie malienne. Selon le ministre en charge de l’économie et des finances de notre pays,  le Mali a su développer une certaine résilience face à la crise qui prévaut  tant dans le pays que sur le plan international. Et pour le Dr Cissé, l’économie malienne se porte assez bien ; à ses dires sur le plan macroéconomique les choses vont bien même s’il reste des  efforts à effectuer  sur le plan microéconomique afin que cette croissance robuste réalisée puisse bénéficier aux plus pauvres de notre pays. Toujours en à  croire le ministre Cissé, le  Mali aurait développé  ces deux dernières années des résultats macroéconomiques jugés solides par les experts. Une croissance  qui s’exprime entre autres par  les croissances des secteurs de croissance du pays, l’actuelle  maîtrise de l’inflation des prix   en dessous de 1% depuis quelques mois… «  L’économie du Mali est portée par le secteur primaire et tertiaire et ceux sont ces deux secteurs qui ont connu la plus grande progression en terme de croissance », soutient-il.  Outre ces aspects, le ministre de l’ économie a laissé entendre que  les  données statistiques présagent la hausse du  taux de  croissance  de la richesse du Mali  qui pourrait passé des 6% de l’ exercice 2016 à 7% . Toujours selon le ministre les composantes les données provisoires de la production agricole affiche  une augmentation de 6 à 7%  et celle de  l’or  affiche   une augmentation  d’environ  6 à 7%.

S’agissant du déficit budgétaire, le Dr Cissé estime le Mali se trouve dans les normes communautaires avec ses 4, 1% du PIB. D’autre part le ministre  de l’économie estime que la part belle est accordée  au secteur du développement en vue de sortir notre pays  d’une économie de consommation pour  prétendre au développement.  Selon lui , sur  le  budget national de 2270 milliards  une grande part rentre dans  l’investissement  avec des dépenses en capital  (créations d’emplois, infrastructures routières et énergétiques, aménagement des bassins hydro agricoles ) 40 % en terme de dépenses d’investissement .  Et pour le Dr Cissé l’ambition du gouvernement est d’injecter 45% du budget vers l’investissement  d’ici 2018  voire   50%  au secteur de l’industrie au fil du temps. Une réorientation qui sollicite certains réaménagements dans les dépenses de fonctionnement avec la réduction des dépenses de l’Etat que le ministre a d’ailleurs jugé excessives. «  Nous essayons de les maitriser, de les réduire pour injecter les économies effectuées sur l’investissement  car c’est ça qui amène la croissance,  le développement »a-t-il indiqué. C’est dans la même optique que le ministre a justifié la mise en place de la centrale d’achats dont l’objectif est d’économiser sur les dépenses de l’Etat. Nonobstant, le tableau luisant brossé par le Dr Boubou Cissé, il n’a pas occulté la grande difficulté que vivent les populations qui ne ressentent pas dans leur quotidien cette croissance économique du pays, aussi le ministre de l’économie et des Finances a déclaré que c’est conscient de la pauvreté voir l’extrême pauvreté des maliens, que son département  travaillait  en vue de trouver des solutions idoines pour améliorer  les conditions de vie des maliens.

Khadydiatou Sanogo

 

 

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here