FOCUS : Assemblée Nationale du Mali «Affaire du Président»: la conseillère du Président le détruit avant la publication de sa décision de limogeage

Ces temps qui courent, l’argent aurait transformé la mentalité de beaucoup de gens. Ils font tout pour avoir de l’argent et lorsque leurs intérêts sont menacés on ouvre les hostilités. On ne pense plus aux bienfaits, on pense bête et on détruit tout.

Une femme influente du cabinet du Président de l’Assemblée Nationale ayant appris son limogeage pour faute grave (détournement de fonds) aurait mis à exécution son plan qui consistait à détruire son président-bienfaiteur par voie de presse. Défiée par la tournure des choses la demoiselle T.N aurait pris la tangente. Le vin serait tiré entre les familles Niambélé, Sidibé et Diop.

Santé : Inauguration d’une clinique marocaine à Bamako
Le Mardi 21 février 2017 aura lieu l’inauguration d’une clinique marocaine située dans la capitale malienne en commune IV par le roi Mohamed VI en présence des plus hautes autorités de notre pays.
Rappelons que les travaux de construction de cette clinique ont commencé en 2014. Elle est le fruit d’un appui du Maroc en direction de notre pays. Quand on sait que les Maliens nantis préfèrent se soigner au Maroc ou en Tunisie que d’aller dans les mouroirs de Bamako. Cette clinique marocaine vient donc à point nommé au Mal (au moment ou les Maliens se plaignent des prestations de la santé).

Installation des autorités intérimaires dans les régions Nord du Mali: «les personnes installées» ne font pas l’unanimité
Les personnes «installées» par le gouvernement du Mali comme autorités intérimaires dans les régions du Nord ne font pas l’unanimité. Et pour cause : les anti- autorités intérimaires accuseraient le gouvernement du Mali d’installer leur bourreau comme autorité intérimaire.
Selon certaines indiscrétions le pouvoir de Bamako aurait pris soin de placer ses pions qui seraient pour la plupart les sources de la crise persistantes dans le septentrion malien. Un doigt accusateur serait sur une haute personnalité à Koulouba, ressortissant du Nord qui voudrait renverser les tendances dans ces régions ou le rang social compte en toute chose et en toute circonstance.

Gouvernorat de Bamako: Mise en garde du gouverneur contre les maires et conseillers indélicats
C’est au cours d’une rencontre organisée par Mme le gouverneur et les chefs de quartiers de Bamako que le présidium a dit à l’ensemble des chefs de quartiers et conseillers que l’Etat sera désormais représenté par eux et en même temps ils contrôleront les taxes et les impôts dans leur quartier.
Le village disait le Président Modibo Kéita est chez nous, la cellule de départ et c’est la vitalité de cette cellule qui engendrera la vitalité de la Nation toute entière. En effet, aucun régime ne peut-être viable s’il ne repose sur le village.

Renouvellement du bureau de l’ASSEP: 2013-2017 un bilan mitigé
Un mandat de quatre ans qui prendra bientôt fin sans le règlement des parcelles attribuées aux directeurs de publication, en 2012. L’Etat a été suffisamment informé sur l’opacité qui entoure la gestion de ces parcelles. Mais jusqu’ici rien ! Le président de l’ASSEP serait-il au dessus de la loi ?
Quatre (04) petits mois nous séparent du renouvellement du bureau de l’Association des Editeurs de la Presse écrite privée (ASSEP), faut-il maintenir les mêmes à la tête de l’Association ? Depuis qu’un groupuscule de délictueux s’est emparé de l’Association des Editeurs de la presse écrite privée, ils l’ont transformée en une société. Du coup personne n’y a accès sauf la société «Renouveau et alliés».

POINT DE MIRE : Le sous-développement
Il a été défini comme essentiellement un déséquilibre interne. De même, ses causes fondamentales ne doivent pas être cherchées à l’extérieur du pays. Ce sont des causes internes qui ont permis et permettent encore aux facteurs extérieurs de jouer un tel rôle. La domination coloniale n’aurait pas pu s’établir sans l’appui décisif que lui a apporté la minorité privilégiée autochtone.
Le sous-développement procède fondamentalement de l’intrusion du système capitaliste au sein de sociétés ankylosées dans des structures sociales moins évoluées au profit d’une minorité (étrangère ou autochtone) dotée d’exorbitants pouvoirs politiques, économiques et sociaux.
Ses prélèvements restreignent de façon telle le marché intérieur que les activités économiques modernes sont limitées et essentiellement fonction des marchés étrangers. La pauvreté générale et le sous-emploi massif qui en résulte favorisent la persistance d’une très forte natalité qui, combinée aux effets des nécessaires améliorations sanitaires, provoque une forte augmentation de population.
Sa croissance tend à être plus rapide que celle des ressources dont elle dispose effectivement. Les freins qui empêchent l’essor économique des pays sous-développés sont très variés : la faim, les déficiences des populations, l’analphabétisme, le sous-emploi, l’absence d’intégration nationale, la dépendance des marchés extérieurs, l’inarticulation des secteurs économiques, certains handicaps naturels, la faiblesse des équipements et des capitaux, les pouvoirs des minorités privilégiées.
S’ils ont été mis en place à des époques différentes, par des forces dont certaines n’existent plus aujourd’hui, ils s’enchevêtrent pour ligoter le présent. Tous n’ont pas la même puissance. Certains peuvent être très rapidement supprimés à la condition que les hommes le veuillent et fassent le nécessaire.

SAGESSE BAMBARA
«Le tisserand s’il vole du fil, tisse d’abord la première bobine.»

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here