Moussa Timbiné, 1er vice Président de l’Assemblée Nationale : « On en a assez de ces drogués cachés derrière des réseaux sociaux ! »

L’honorable Timbiné a fait cette déclaration lors de la réception de la motion de soutien des membres de l’Association Nationale des Secrétaires, Assistants et Attachés de directions du Mali, conduits par leur présidente Mme Bocoum Salimata Ouattara, au président de l’AN et de sa secrétaire, salis dans un article publié par ‘’Figaro-Mali’’.

Les traits tirés, à haute voix, les secrétaires, assistants et attachés de directions du Mali, derrière leur présidente, se sont fait entendre le jeudi par l’opinion publique nationale. Et ce, à la faveur d’un sit-in tenu devant l’Assemblée Nationale, sanctionné par la lecture d’une motion de soutien au président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé et à sa secrétaire, Mme Konaté Djénéba Coulibaly, tous deux accusés d’adultère par un journal de la place.

Pour la réception de cette motion de soutien, l’honorable Moussa Timbiné, premier vice président de l’AN était devant un aréopage de députés et membres du cabinet de l’institution parlementaire.

Sans détour et d’un ton ferme, la présidente de l’ASAD, dira qu’au moment où le Président de la République invite autour de lui les chefs d’Etat du G5 Sahel pour tenter de mettre fin aux actions des bandits déstabilisant notre nation, « des soi- disants journalistes, en réalité des spécialistes de l’imagination stérile étaient à l’œuvre ». Pour agir, selon elle en vrais terroristes utilisant le verbe et l’écrit. « Aidés par de puissants lobbies récupérateurs, tapis derrière des sites internet délocalisés » schématise-t-elle. Avant de hausser le ton en ces termes : « Ces personnes, qui s’attaquent de façon brutale et machiavélique à nos valeurs sociales, à nos institutions et donc au fondement de la République, doivent être considérés comme porteuses de périls plus dangereux que le Sida et l’Ebola ». Pour conforter son argumentaire, Mme Bocoum Salimata Ouattara dira que ceux-ci visent à déstructurer notre société, à couper les liens entre les citoyens et leurs dirigeants pour faire place au règne du vide et de la terreur.

Un appel de soutien et pour la justice !

Dans la lecture toujours de cette motion de soutien, entrecoupée constamment des ovations de l’assistance, la présidente de l’ASAD invitera les Maliens à ouvrir les yeux pour chercher et traquer, d’après elle, ces calomniateurs d’une nouvelle race. « Nous sommes et restons solidaires de toutes les actions qui seront enclenchées à tous les niveaux pour que justice soit rendue et de façon transparente à toutes les victimes innocentes de cette cabale et pour l’honneur de notre pays » a déclaré Mme Bocoum Salimata Ouattara.

Après avoir reçu la motion de soutien, l’honorable Moussa Timbiné a remercié l’Association des secrétaires et attachés de direction d’avoir initié ce sit-in. Et de poursuivre par des slogans, tels : «Ce matin nous sommes tous secrétaires et attachés de direction ! Nous sommes tous Mme Konaté Djénéba Coulibaly ! Nous sommes tous Issaka Sidibé ! Nous sommes tous gardes ! Nous sommes tous personnel ! Nous sommes tous députés ! Nous sommes tous Maliens ».

Il dira que c’est le même soutien que les parlementaires attendent des journalistes du Mali, mais aussi des religieux. Pour les premiers, afin de dénoncer le caractère diffamatoire de l’article concerné et, concernant les seconds, pour donner leur opinion sur les contours du témoignage sur un acte d’adultère.

« Je pense qu’avant d’accuser quelqu’un à tort ou à raison, nous devrons tous d’abord nous poser la question : qu’est ce que j’ai fait moi-même pour mon pays ? C’est très facile d’accuser » estime l’honorable Timbiné, tout en regrettant que, de plus en plus au Mali, ce sont ceux qui ne font rien qui accusent. Et ce, contrairement à ceux, selon lui, qui sont sous le soleil matin, midi, soir, qui n’ont pas de vie de famille, qui n’ont pas de repos, qui n’ont pas de temps pour eux-mêmes, « sont ceux qui sont vilipendés. Cela de la part de ceux qui cherchent des raccourcis. Ils pensent qu’en s’attaquant à de grands hommes on peut devenir grand. Je pense qu’on devient grand par le travail. Il faut que chacun de nous aille travailler pour que le pays puisse avancer ».

L’Assemblée Nationale, une institution qui mérite du respect !

Avec des gestuels décrivant son état d’âme devant cette situation, l’honorable Timbiné dira que si l’Assemblée Nationale du Mali ne vaut rien ça veut dire que c’est le Mali qui ne vaut rien. « Tous ceux qui nous voient de l’extérieur quand ils apprendront que les députés du Mali ne valent rien, assurez vous qu’aucun Malien ne sera quelque chose à l’extérieur du Mali » a-t-il affirmé pour déplorer le fait qu’aujourd’hui, ceux qui sont censés défendre les intérêts du Mali à l’extérieur soient vilipendés. Que même dans la religion quand on essaye d’accuser quelqu’un, dans la situation que nous connaissons, il y a un certain nombre de règles qui sont préétablies.

Et de poursuivre, comme pour faire une déclaration de foi :« Nous qui sommes les collègues de la secrétaire et du président Issaka Sidibé, chacun de nous sera un jour seul dans sa tombe, nous le jurons au nom de l’honneur, depuis que nous sommes là, nous n’avons pas vu de telles pratiques. Si nous ne le disons pas aujourd’hui, demain Dieu nous le demandera ».

Par rapport, à la secrétaire concernée, le 1er vice président de l’AN dira haut et fort n’avoir jamais vu cette dame tenir même la main d’un homme ici. « Quand tu la vois aux escaliers, soit elle vient de la maison ou elle y retourne » témoigne-t-il. Il s’agit d’une femme mariée et mère, contre laquelle, déplore l’honorable Timbiné, on n’a même pas le souci de penser qu’en disant des mensonges, on peut remettre en cause l’existence de son foyer. « Moi je pense que c’est très grave ». Et de se poser les questions suivantes : « Et ceux qui font ça, eux-mêmes sont quoi d’abord ? Ils sont qui ? »

Un combat contre des « malfaiteurs » !

Ce jour, devant les militants de l’ASAD et de la presse, l’honorable Timbiné n’est pas allé par quatre chemins pour exprimer sa colère contre les faits et leurs auteurs. C’est pourquoi, d’un ton fort, il dira à l’endroit des auteurs de ladite cabale que « le jour où tu traiteras les autres de bâtard, c’est ce même jour qu’on te fera savoir ta bâtardise ». Avant de poursuivre : « nous ne voulons pas dire à certains qu’ils sont des enfants nés dehors, mais s’ils dépassent les limites nous le leur dirons ».En attendant, qu’ils préfèrent se mettre au dessus d’eux pour ne pas agir comme eux. Mais qu’il faut reconnaître que dans notre pays, les hautes personnalités sont toujours victimes de leurs agissements mensongers. « Les drogués qui sont derrière les réseaux sociaux, qui vilipendent matin-midi-soir les dirigeants de ce pays, on n’en a assez, il faut que l’Etat s’assume. Et il faut qu’on arrête de telles pratiques » a clamé l’honorable Moussa Timbiné.

Par la suite, il a donné l’assurance que toute l’Assemblée nationale reste solidaire de son président et de sa secrétaire.

« Nous avons porté plainte et ça été déposé pour traquer ces malfaiteurs et leurs complices. Et nous irons jusqu’au bout de cette affaire » a conclu le 1er vice Président du Parlement.

Mimi SANOGO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here