Remaniement gouvernemental: Ces premiers ministrables bons pour la poubelle

L’imminence d'un remaniement gouvernemental avait été annoncée par voie de presse. Juste l'après sommet Afrique France a été précisé par certains organes de la place. Mais, après un mois, rien. Les annonceurs se sont-ils plantés ou est ce que les décideurs veulent jouer à l'effet de surprise. Quoi qu'il en soit, les noms des premiers ministrables annoncés ne sont pas ceux qui rassurent nous autres observateurs de la scène politique.

Depuis quelques semaines, voire plus d'un mois, que la presse a parlé de l’imminence d'un remaniement gouvernemental. Pas un réaménagement mais un remaniement avec à la clef l'arrivée d'un nouveau premier ministre. Des noms des premiers ministrables ont circulé. Pour des raisons souvent inavouées, des noms comme Soumeïlou B. Maïga, l'actuel secrétaire général de la présidence, Mohamed Ag Erlaf, ministre de l'administration territoriale, Abdoulaye I. Maïga, ministre de la défense et cadre du parti RPM et Bocary Treta sont les plus cités.

Ce n'était pas sans arguments. Mais, toujours est-il dit qu'il y a d'autres arguments qui ne militent pas en leur faveur.
Le Président IBK a déjà essayé un premier ministre jeune et qui n'était non seulement membre de son parti mais aussi chef d'un autre parti, fut-il de la majorité présidentielle. Cela a été de courte durée.

Va-t-il encore réchauffer ce plat en choisissant Soumeïlou ? Les dernières informations sur Soumeïlou, président du parti ASMA, porterait sur une tentative de ce dernier de s'approprier d'un véhicule 4X4 neuf, sans l'aval de IBK. Si ces révélations s’avéraient vraies, le patriote convaincu et sincère dont il se réclamait il y a 27 ans aurait filé du très mauvais coton.

Ce qui devrait l'écarter et définitivement de la course pour le poste de premier ministre. Pourquoi Ag Erlaf ? Ce monsieur de tous les régimes et de tous les postes ''juteux'' a de quoi particulier. Si c'est pour son appartenance à la minorité touareg, puis qu'il est originaire d'Aguel hoc à Kidal, cela ne donne aucune garantie de paix. La denrée la plus rare en ces temps qui court et pour laquelle tout est entrepris. Déjà, cette minorité est déjà assez représentée dans le gouvernement sans que cela ait une incidence notoire sur la situation sécuritaire au nord. Discrimination positive, ce n'est plus nécessaire.

Pour parler des militants et responsables du parti RPM comme Abdoulaye I. Maïga et Bocary Treta, le premier qui occupe le poste de ministre de la défense n'est pas novateur. Depuis septembre 2016, il est à ce poste sans avoir posé le moindre acte signifiant sa vision dans ce domaine. Les lignes n'ont pas bougé. Alors même que, le point essentiel ou un des points essentiels de l'action gouvernementale c'est la question de défense et de sécurité.

Quelqu'un qui n'a pris aucune initiative dans ce domaine, en tant que premier responsable, ne pourra rien y apporter. D'ailleurs ce qui a été un acquis risque d'être perdu si le premier ministre lui même n'a pas de vision en la matière. Quant à Treta, rappelons nous seulement les raisons possibles qui l'ont fait quitté le gouvernement : l'affaire des engrais frelatés. Il lui serait aussi reproché d'être un homme de clan.

Cela ne date pas d'aujourd'hui. La section Adema de Kati se souvient de l’immixtion de ce monsieur dans le choix des candidatures pour les élections législatives en 1992. Il y aurait d'autres faits antérieurs et des déclarations récentes peu démocratiques dont il faut faire économie ici. Treta sera le pire des choix de premier ministre. Ces premiers ministrables ne sont bons qu'à la poubelle. Des noms circulent aussi pour les ministrables, nous les regarderont de près prochainement.

Mamadou Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here