Sidy Ould Sidatt à propos de la mise ne place des Autorités intérimaires : « Le gouvernement n’a pas respecté ses engagements »

Annoncée pour jeudi puis samedi derniers, la mise en place des Autorités intérimaires qui devait commencer par Kidal, a été un flop magistral

En effet, suite à la dernière réunion du comité de suivi de l’Accord de paix, un chronogramme a été convenu entre les différentes parties pour l’installation des Autorités intérimaires. Les parties ont décidé de laisser à la discrétion du gouvernement la nomination éventuelle des gouverneurs. Donc tout semblait être fin prêt pour commencer la mise en place des autorités par Kidal. Des moyens raisonnables (cinq « petits » millions) ont été remis au gouverneur de Kidal pour organiser la fête. Ce dernier, nous a-t-on dit, est rentré à Kidal pour la première fois depuis sa nomination parce qu’il siégeait à Gao. Il a été accepté par les kidalois, suite à une sensibilisation des responsables de la CMA. Celui-ci a ensuite mis en place une commission d’organisation pour nettoyer les bureaux et accueillir la délégation gouvernementale attendue samedi dernier.

Il a même égorgé dans la nuit du vendredi 17 février des chameaux, des bœufs, des béliers et des poulets (rares à Kidal) pour célébrer la mise ne place des autorités intérimaires prévue le lendemain. Au moment où, nous a-t-on dit, les organisateurs savouraient les foies des bêtes égorgées, ils apprennent avec une très grande surprise que leur gouverneur est muté à Tombouctou. Il est remplacé par un Imghad bon teint, réputé être proche de la plateforme. Il s’agit de Sidy Mohamed Ichrach. Cette nouvelle donne provoquée par le gouvernement a subitement changé le cours normal des évènements.

Les kidalois, selon plusieurs sources, ont interpellé les responsables de la CMA. Ceux-ci craignant un débordement ont donc reporté sine die les évènements du jour : le retour de l’Etat malien à Kidal, la montée du drapeau tricolore dans le ciel kidalois, le tout couronné par la mise en place de l’autorité de la région avec à sa tête le colonel Hassane Fagaga, nommé quarante-huit heures plus tôt par Bamako.

En un mot, il semble bien que c’est la nomination d’un nouveau gouverneur à Kidal qui a fait capoter le succès annoncé. Joint par téléphone, Sidy Ibrahim Ould Sidatt, porte-parole de la CMA, nous a confié : « le gouvernement n’a pas respecté ses engagements. Nous étions prêts pour l’investiture du président de l’Autorité intérimaire.

Toutes les dispositions avaient été mises en place avec la MINUSMA pour sécuriser l’évènement et en faire un succès total. Tous les kidalois ont acheté leurs drapeaux et nous-mêmes avions dans nos valises le drapeau vert-jaune-rouge pour montrer notre engagement pour un Mali Un et Indivisible. Malheureusement, nos interlocuteurs qui prennent des engagements au nom du gouvernement n’arrivent pas à les défendre auprès de IBK. Si c’est IBK ou Karim qui engage l’Etat, qu’on nous le dise pour discuter directement avec eux.

Nous sommes fatigués de remise en cause en remise en cause. La nomination des gouverneurs doit relever du pouvoir régalien de l’Etat. Aucun mouvement ne doit s’immiscer dans cette décision. Si chaque mouvement doit avoir son gouverneur nous nous en sortirons pas ». Et Sidy Ibrahim Ould Sidatt de conclure en ces termes : « l’Etat doit s’assumer et respecter ses engagements ».

Chahana Takiou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here