Cheickna D Kamissoko, ancien ministre, membre de Sahel Occidental : «Si nous ne prenons pas garde, le pire est à craindre…»

Je souhaite que le spectre de la violence se rétrécit parce qu’on ne peut se développer que lorsqu’il y a la paix et la sécurité. Il faudrait collaborer avec les services de l’Etat. C’est dommage que nous en sommes arrivés à ce stade. Mais si nous ne prenons pas garde, le pire est à craindre. Agissons !

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here