Autorités intermédiaires : La clause de la destruction et du partage du Mali !

45

Prévues dans l’Accord d’Alger dit de paix et de réconciliation nationale, les autorités intérimaires sont rejetées majoritairement par les Maliens qui pensent qu’elles constituent la partition du pays. Pour preuve, l’installation de ces autorités intérimaires illégitimes à la place des délégations spéciales légitimes des collectivités territoriales prévue, ce week-end, a tout simplement tourné au vinaigre.

Malgré la mise en garde de l’Opposition, de certains élus locaux, de la Presse et même de certains ministres, le président IBK a fait voter par sa majorité présidentielle la loi n°2012-007 du 7 février 2012 modifiée ; une législation qui consacre la substitution des autorités intérimaires aux délégations spéciales des collectivités territoriales. C’est ainsi qu’après la rencontre de haut niveau, le Gouvernement a désigné les présidents des autorités intérimaires. Le Colonel Hassan Ag Fagaga de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) a été désigné président des autorités intérimaires de la région de Kidal. Djibrilla Maïga de la Plate-forme a été désigné comme président de la région de Gao ; Boubacar Ould Hamadi de la CMA a lui été choisi pour diriger la région de Tombouctou. Pour la région de Ménaka, c’est Abdoul Wahab Ag Ahmed Mohamed du mouvement pour le salut de l’Azawad( MSA) qui a été choisi ; et la région de Taoudéni a comme président Hamoudi Sidi Ahmed Agada de la partie Gouvernementale. Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Réformes de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf, qui devrait mettre en place, ce week-end, ces autorités intermédiaires dans leur localité, a échoué. Les populations ont dit niet à l’installation de ces autorités dans leurs différents terroirs. A travers des marches de protestation, les populations du septentrion se sont farouchement opposées à cette clause destructrice et du partage du Mali.

C’est la vaillante population de Gao qui a été la première à rejeter en bloc ces autorités intérimaires. Pour les Gaois, cette pilule amère ne passera en aucun cas. Il est d’ailleurs important de rappeler la grande marche de protestation des vaillants jeunes de Gao qui avait dégénéré au grand regret des tirs à balle réelle par les policiers sur les manifestants faisant 04 morts et plusieurs blessés.

Les populations de Tombouctou ont emboité les pas à la population de Gao. Elles ont également battu le pavé le samedi 18 février 2017 contre ‘’cette manœuvre de division, un dessein mal dissimulé par les promoteurs de l’accord pour la paix d’Alger’’.

A Kidal, les enfants égarés de la CMA qui sont favorables à la mise en place de ces autorités intérimaires, ne sont pas contents plutôt de la nomination de Sidi Mohamed Ichrach comme Gouverneur de la région. Dans cette région contrôlée par les deux groupes CMA et Gatia (de la plateforme) la grande difficulté se trouve dans l’entente entre les tendances pour désigner ceux qui doivent être nommés. La CMA veut être celle qui va gérer les pluies d’argent qui tomberont et être, par supposition, les premiers dirigeants d’un nouvel État.

Pourquoi les autorités intérimaires juste pour le septentrion ?

Cette question a tout son sens aujourd’hui car le bien-fondé de cette mesure ne résiste à aucune analyse objective. Et ce qui est encore inquiétant, c’est que ces autorités intérimaires fragilisent, excluent progressivement l’administration de la gestion des régions concernées au profit d’autorités noyautées et contrôlées dans l’ombre par ceux qui ne cessent de manœuvrer pour la partition du Mali tout en restant dans le jeu politique national.

Ce qui est aberrant, c’est le fait que le gouvernement et les mouvements signataires seront représentés au même pied d’égalité dans ces instances transitoires qui auront le plein pouvoir de décision pendant une période non déterminée. Toute chose qui peut facilement constituer, au bénéfice de ceux qui n’acceptent la paix que du bout des lèvres, à la CMA et alliés un boulevard pour miner le terrain de la gouvernance, poser des actes allant dans le sens de leur aspiration à l’autonomie…

En tout cas, la mise en place des autorités intérimaires qui a été reportée sine-die, cautionne, de l’avis général, la partition du pays.

Aliou TOURE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here