Ciment malien : La dynamique à impulser

46

Il faut mettre le focus sur les cimenteries du pays et créer un cadre propice à la production et à la promotion de ce matériau.
Pour améliorer la performance de l’industrie des matériaux de construction dans notre pays, le ministre du développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim a initié, dès son arrivée dans le gouvernement, un « forum Industriel de la construction » au Mali. Cette initiative s’est concrétisée par la tenue, sous sa présidence, de la première édition le lundi 20 février dernier à l’hôtel Laïco. Les deux unités de production de ciment au Mali à savoir Diamond Cement et Ciments de l’Afrique (CIMAF) étaient de la fête.
A travers ce forum, le ministre entend booster le ciment « made in Mali » et renverser la tendance. En effet, lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre a déclaré qu’il est inadmissible que le Mali continue à importer beaucoup du ciment alors qu’il dispose aujourd’hui de deux unités industrielles à Kayes et Diago. « Un sursaut patriotique, décisif est donc plus que jamais nécessaire pour non seulement renforcer notre parc industriel, mais aussi s’affranchir de cette dépendance peu glorieuse de l’extérieur » a souligné le ministre. Pour ce faire, Mohamed Aly Ag Ibrahim veut obtenir des réponses adéquates à un certain nombre de problématiques de la production du ciment au Mali, à savoir l’épanouissement du ciment malien, son adéquation avec les besoins des consommateurs, sa réputation et sa compétitivité.
Mais aussi, les stratégies qu’il faut entreprendre pour qu’à court et moyen termes, le ciment fabriqué dans notre pays puisse être vendu sur les marchés de la sous-région. Le Mali peut produire le ciment de son besoin et au-delà. Pour renverser la tendance de l’importation, le ministre mise beaucoup sur les acteurs pour mettre le focus sur les cimenteries du pays et créer un cadre propice à sa production et à sa promotion.
Dans cette dynamique, le ministre en charge de l’Industrie, préconise de soutenir les entreprises de fabrication de la place dans le respect stricte des normes internationales. Il a fait une mention spéciale à l’endroit des dirigeants du Diamond Cement et CIMAF pour leur capacité de réduction de la facture d’importation. L’usine de cimenterie ‘’Diamond Cement’’, dont le coût de réalisation s’élève à 80 milliards FCFA a une capacité de production de 1 million de tonnes par an. De sa création à nos jours, elle a réussi à réduire de moitié la facture d’importation du ciment dans notre pays.
Quant à la deuxième unité de production de ciment, CIMAF, elle a été inaugurée en décembre 2016, par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, son coût d’investissement se chiffre à plus de 20 milliards FCFA avec une capacité de production de 500.000 tonnes par an extensible à 1 million de tonnes.
A noter que la journée a été marquée par des riches présentations des experts qui ont fait des exposés sur le processus de fabrication du ciment au Mali, les matériaux utilisés, les normes techniques recommandées, les difficultés auxquelles le secteur est confronté, entre autres.
Daniel KOURIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here