Contre le radicalisme et l’extrémisme religieux : Le regard croisé des femmes du G5 Sahel

65

Le Bureau régional de l’ONU Femmes pour l’Afrique de l’Ouest et du centre de G5 Sahel en partenariat avec le Bureau des Nations Unis pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel Unowas et l’Union Africaine, était en conclave les 21 et 22 février 2017 à l’Hôtel Salam pour un dialogue politique de haut niveau dans le cadre de la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent dans le but de consolider la paix et la sécurité dans le Sahel.

La cérémonie de clôture était présidée par le ministre des Affaires religieux et du Culte, Thierno Amadou. O. H. Diallo et le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba. Plusieurs ministres en charge du genre des pays membres du G5 Sahel ainsi que des membres du corps diplomatique et consulaire, et des parlementaires étaient également présents à cette rencontre. Elle a été l’occasion pour les femmes leaders de partager leurs expériences et procéder à des recommandations concrètes pour leur inclusion dans tous les processus de paix. Durant deux jours, les acteurs ont témoigné et attesté qu’en plus d’être la cible et victime de la manière la plus brutale, la femme est aussi actrice voire même complice des actes de radicalisation et extrémisme violent.

Pour le ministre des Affaires religieux et du Culte, Thierno Amadou. O. H Diallo, les religions sont faites pour apporter la paix et la quiétude au sein de la société et « la femme dans toutes les religions a été une richesse et elle ne mérite pas de secousses ». Il a souligné que l’extrémisme violent et radicalisme religieux n’est pas humain. Il a invité les participants à s’organiser afin de lutter contre ce fléau.

Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, a remercié les membres du G5 pour le choix porté sur notre pays pour la tenue de cette rencontre. Elle a affirmé que l’extrémisme violent et le radicalisme constitue une menace aujourd’hui pour l’épanouissement des femmes. Elle a invité à l’application des recommandations issues de ce forum pour le bien être de la femme dans le sahel.

Mme Diana Ofwona, directrice régionale de l’ONU femmes, a réitéré l’engagement de son institution à accompagner la plateforme du G5 et les pays de la région du G5 Sahel dans leurs efforts pour la paix, la sécurité et la lutte contre l’extrémisme violent.

Adama Diabaté, Stagiaire

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here