Point de presse hebdomadaire de la Minusma

58

Chers amis et collègues de la Presse, bonjour. Merci de votre présence à notre rendez-vous habituel pour ce point de presse hebdomadaire de la MINUSMA.

Processus de paix

-Nous démarrons cette conférence de presse avec l’annonce du  lancement officiel, ce matin, à Gao des premières patrouilles mixtes du MOC. Une délégation de la Force onusienne a fait le déplacement pour soutenir le processus.

A titre de rappel, le 17 février, les éléments du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Gao avaient fait leur premier exercice de patrouille tactique, pour marquer la fin d’un programme d’initiation dispensé à leur égard. Les éléments combinés du MOC, avaient ainsi traversé la ville, passant par un point de contrôle de la FAMa jusque vers l’axe de Gao-Bourem.

 

Au sujet de l’installation des autorités intérimaires, le Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif,et son Adjoint chargé des affaires politiques, M. Koen Davidse, ont poursuivi leurs contacts, en concertation avec la Médiation internationale, avec les responsables maliens chargés de la mise en œuvre de l’Accord de Paix ainsi qu’avec les responsables des mouvements signataires de l’Accord, aux fins d’assurer que les engagements pris lors de la réunion du Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali (CSA) au niveau ministériel, tenue le 10 février 2017, soient honorés dans les meilleurs délais.

-Le 16 février, la MINUSMA a participé à une réunion dans les locaux du Centre de Formation des Collectivités Territoriales (CFCT) à Bamako. La réunion a porté sur l’examen et la validation des outils et des documents relatifs à l’installation des autorités intérimaires. L’ordre du jour et le calendrier des sessions de renforcement des capacités des autorités intérimaires des cinq régions ont été adoptés.

A signaler à cet égard que les Nations Unies ont prévu la tenue, pendant la deuxième quinzaine du mois de mars, d’une série de formations au bénéfice des Autorités intérimaires, du Collège Transitoire et des Conseillers Spéciaux des régions de Kidal, Ménaka, Tombouctou, Taoudéni et Gao. Autres appuis aux autorités intérimaires sont prévus et on vous en dira plus dans les prochains jours.

-En ce qui concerne le cantonnement, le 21 janvier, la Division de la Réforme du Secteur de Sécurité /Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (RSS/DDR) de la MINUSMA à Gao a mené une mission d’évaluation du site de cantonnement en construction au cercle d’Anéfis, dans la région de Kidal. La MINUSMA se prépare donc à remettre officiellement le site d’Anefis, dans un délai de deux semaines.

-La MINUSMA continue également son appui au renforcement du rôle de la société civile, y compris les femmes, dans le processus de paix. A Tessalit, la Division des Affaires civiles (DAC) de la MINUSMA a rencontré, cette semaine, l’Association des femmes du quartier Amachach pour discuter sur l’implication et l’inclusion des femmes dans la mise en œuvre de l’Accord de Paix. A noter que la MINUSMA avait remis, en janvier dernier, une motopompe à l’association des femmes du quartier Amachach pour renforcer leurs activités socio-économiques.

Activités de la direction de la MINUSMA

-Le Représentant Spécial du Secrétaire Général (RSSG) des Nations Unies au Mali, M. Annadif a reçu hierle 22 février, la Vice-Présidente de la chambre basse du parlement allemand, Mme Edelgard Buhlam, accompagnée d’une forte délégation composée de fonctionnaires de différents ministères de son pays. Les discussions ont, entre autres, porté sur le mandat de la MINUSMA, le contexte politique du processus de paix et la situation sécuritaire dans le nord du Mali. M. Annadif a souligné, à cet égard, la contribution de valeur de l’Allemagne à la Mission onusienne et notamment, à sa composante militaire. Lors de son séjour au Mali, la délégation a rendu visite le 21 février au contingent allemand basé à Gao. Au Bureau régional de la MINUSMA à Gao, la délégation a été informée du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) et de l’attentat terroriste du 18 janvier, des récentes élections communales, du processus de DDR et des opérations de la FAMa.

-Le 16 Février, Mme Mbaranga Gasarabwe, la Représentante spéciale Adjointe de la MINUSMA,Coordonnatrice Résidente du système des Nations Unies et Coordonnatrice humanitaire au Mali s’est rendue à Tombouctou, dans les villages de Bintagoungou et à Goundam, à la tête d’une délégation composée du PNUD, du PAM, de la MINUSMA et accompagnée par les représentants du Ministère de l’agriculture, des Pays-Bas, de la Norvège et de la Suisse.

L’objectif était de mobiliser $54,5 Millions américains pour appuyer la 2ème phase du «Programme Cadre d’Appui à la Restauration et au Développement du Système Faguibine». Ce programme vise à renforcer la sécurité alimentaire et à améliorer les conditions de vie des populations autour du lac Faguibine qui recèle d’immenses potentialités agropastorales. En plus de la promotion du développement social et économique, ce projet contribuera  au retour des populations déplacées.

A signaler que l’équipe a procédé, lors de cette mission, à un don de kits solaires à Bintagoungou et un autre kit de jardinage aux associations féminines de la ville de Goundam. La délégation a rencontré les autorités locales, coutumières, les bénéficiaires des projets du Faguibine, y compris les représentants de l’Office pour la Mise en Valeur du Système Faguibine (OMVF).

-A Bamako, le 21 février, Madame Gasarabwe a participé au dialogue Politique de Haut Niveau pour la Promotion du Leadership des Femmes de G5 Sahel, en matière de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent. Ce dialogue Politique est co-organisé par le Bureau régional d’ONU Femmes et le Bureau malien du G5. Ce Forum était une occasion pour faire un plaidoyer afin de promouvoir le rôle des femmes dans la promotion de la paix et la Sécurité dans la bande sahélienne à travers des mesures préventives.

Sur le conflit dans le Ké-Macina :

-Le 17 février dernier, la Division des Affaires civiles, la Division des droits de l’Homme et de la Protection, d’autres Sections de la MINUSMA et le Bureau d’OCHA à Mopti ont effectué une mission d’évaluation de la situation qui prévaut dans la zone du Ké-Macina. Cette mission a eu lieu suite aux affrontements qui se sont déroulés dans cette zone et devra permettre aux acteurs de la protection de mieux coordonner les actions à entreprendre en faveur des communautés du Ké-Macina.

De plus amples détails sur cette mission sont disponibles sur notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux :

https://minusma.unmissions.org/la-minusma-aupr%C3%A8s-des-communaut%C3%A9s-de-k%C3%A9-macina-0

-Après cette visite dans le Ké-Macina, le cluster protection des Nations Unies s’est réuni, le 21 février, pour discuter de la coordination d’une réponse rapide aux besoins des déplacés. Environ 50 familles auraient été également identifiées à Ténenkou ville faisant un total de 297 individus résidant dans des abris de fortune. Elles devront bénéficier de l’assistance humanitaire que nécessite leur cas dans les meilleurs délais.

-Toujours au sujet de Ké-Macina, la Division des droits de l’Homme et de la Protection  a effectué, du 21 au 23 février, une mission de monitoring et d’enquête au cercle de Macina et à la ville de Diabaly, cercle de Niono, de la région de Ségou pour évaluer la situation des droits de l’Homme et enquêter sur les récents affrontements intercommunautaires qui auraient occasionné la mort de 21 personnes et la blessure de 18 autres. L’objectif de la mission était d’approfondir et de corroborer les informations recueillies au cours d’une précédente mission du 17 février et d’effectuer le suivi du développement de la situation depuis ces affrontements.

Paix et Sécurité :

-S’agissant des activités opérationnelles de la Force, elles se sont accrues par rapport à la semaine précédente, en termes de patrouilles et de tenue de check points. Elles se présentent comme suit:patrouilles:518↑ ; check-points tenus: 248↑ ; et escortes effectuées:47

 

-S’agissant de la Police des Nations Unies (UNPOL), elle a réalisé 310 patrouilles, incluant les patrouilles conjointes avec les Forces de Défense et de sécurité maliennes, pédestres, mixtes et des escortes, menées à Bamako, Gao, Tombouctou, Mopti et Kidal.

 

Toujours au sujet d’UNPOL et dans le cadre de son plan annuel de formation pour renforcer les capacités techniques des Forces de sécurité maliennes, elle organise du 20 février au 03 mars, à Bamako et dans les régions du Nord, 8 formations différentes au bénéfice de 155 éléments (dont une dizaine de femmes) de l’administration des Eaux et forêts, de la Protection civile, de la Gendarmerie, la Police et la Douane. Les sujets de formation concernent, entre autres, le secourisme et gestion de l’incendie, l’hydraulique, le renseignement, la fouille et l’utilisation de matériaux de détection de métaux, la Police Judiciaire et la Police Technique et Scientifique, ainsi que la dactyloscopie et les techniques modernes d’investigations sur une scène de crime.

 

-Sur la même lancée, le 22 février, le réseau des femmes UNPOL de la MINUSMA a tenu une séance de sensibilisation au profit de trente (30)  nouvelles recrues à l’école nationale de Police de Bamako. Le thème de cette activité a porté sur le rôle de la femme au sein des Forces de Sécurité et le Mandat de la Composante Police MINUSMA.

 

-Parallèlement aux formations, UNPOL continue de mener des missions conjointes d’évaluation sécuritaire.La dernière a eu lieu à Tonka, dans la région de Tombouctou, le 20 février, à 35km au Sud-Ouest de Goundam.

 

Droits de l’Homme :

 

-D’abord, et comme annoncé hier, l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’Homme au Malieffectuera sa huitième mission au Mali, du 26 février au 8 mars prochains. M. Suliman Baldo viendra évaluer la situation des droits de l’Homme et observer les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations formulées dans ses rapports antérieurs au Conseil des droits de l’Homme et d’en évaluer l’impact. M. Baldo se rendra sur le terrain à Gao, avant de donner une conférence de presse, en fin de mission, le 8 mars, dans la salle de conférence de la MINUSMA. Une conférence à laquelle vous serez conviés, comme à l’habitude.

Vous pouvez retrouver le communiqué de presse avec tous les détails de la visite sur notre site web et celui du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Pour ce qui est des autres activités pertinentes de la Mission, le 20 février dernier, la Division des droits de l’Homme et de la Protection (DDHP) en collaboration avec l’Equipe Spéciale des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (CTITF), en appui au gouvernement malien, ont animé une session de formation autour de la problématique de la protection des droits de l’Homme et l’Etat de droit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, à l’intention de 25 participants chargés de l’application de la loi. Parmi les participants se trouvaient des représentants du Ministère de la justice et des droits de l’Homme, de la gendarmerie, du système pénitentiaire, des magistrats et d’autres membres du pouvoir judiciaire. Il s’agit de la deuxième session de la formation qui avait débuté le 6 février dernier. Cette formation vise à développer la capacité des forces de l’ordre maliennes à assurer le respect des droits de l’Homme dans les opérations antiterroristes. Au total, la DDHP et le CTITF ont formé 51 membres chargés de l’application de la loi au Mali.

-Le 21 février, une équipe de la Division des droits de l’Homme et de la Protection de la MINUSMA à Bamako a effectué une visite de monitoring d’un projet d’appui à l’Ecole pour enfants à besoins spécifiques, « Housna Ka So » (Lueur d’espoir). Ce projet a pour objectif d’initier au moins trente (30) adolescents et jeunes adultes, parmi les élèves de cet établissement, à une formation professionnelle pour favoriser leur intégration socio-économique. Il dure du 6 au 25 février et est financé par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme à hauteur de trois millions de Francs CFA.

Pour plus d’informations sur ce projet, visitez le site web de la MINUSMA  et ses comptes sur les réseaux sociaux :

https://minusma.unmissions.org/droits-de-l%E2%80%99homme-un-projet-pour-l%E2%80%99int%C3%A9gration-socio-%C3%A9conomique-des-jeunes-%C3%A0-besoins-sp%C3%A9cifiques-de

Cohésion Sociale

-A Kidal, les Affaires civiles de la MINUSMA, s’est associée à l’activité de l’ONG Search For Common Ground(SFCG), le 21 février dernier,  pour le renforcement de capacité d’une soixantaine de leaders communautaires, dont des jeunes, des femmes, des religieux et des personnes ressources venus des communes de Kidal, Essouk et Anefis. L’objectif de cet atelier était de renforcer la capacité des participants sur les techniques d’analyse et de transformation des conflits pour établir les fondements d’une paix durable et discerner le rôle de chacun dans la cohésion sociale. La DAC a prévu de continuer à travailler conjointement avec l’ONG SFCG dans son processus d’identification des capacités locales existantes pour la promotion de la paix et de la cohésion sociale dans la région de Kidal.

– A Tombouctou, la Division des Affaires civiles de la MINUSMA a participé à l’atelier du groupe restreint de réflexion sur la stratégie régionale de la cohésion sociale. Le but de l’atelier était d’élaborer une stratégie régionale de la cohésion sociale pour dégager les besoins des communautés et permettre d’assurer une bonne coordination dans la mise en œuvre des activités des différents intervenants. Entre autres, cet atelier avait pour thème, l’accompagnement du processus de consolidation de la paix par l’élaboration d’une stratégie régionale de cohésion sociale, avec la participation des Agences de l’ONU et d’autres ONGs Internationales, de la Société Civile et, avec l’approbation des autorités de l’Etat et des Collectivités Territoriales.

Stabilisation et relèvement :

-Cette semaine, à Kidal, le comité local de révision des projets a approuvé 03 projets à impact rapide pour près de 50 millions de Francs CFA.

Il s’agit :

1-Du projet d’Installation de 03 moulins multifonctionnels pour les femmes de l’Association HINDOBOYE de Kidal ;

2-Du projet de valorisation des produits artisanaux au profit des femmes de l’Association TAFLIST de Kidal

3-Du projet de Reconstitution de cheptel au profit des femmes vulnérables de l’association TWADE de Kidal

Le comité a aussi pré-validé 02 projets pour un peu plus de 43 millions de Francs CFA. Il s’agit :

1-Du projet de Réalisation,  à Anefis, d`un château d`eau  équipé d’une pompe solaire

2-Et pour clore ce volet, un autre projet a été validé, c’est celui de la réalisation d’un château d’eau équipé d’une pompe solaire du puits de Kanaye.

Culture

La MINUSMA a appuyé la tenue d’un atelier à Tombouctou, organisé les 17 et 18 février par l’UNESCO, en collaboration avec la Direction Nationale du Patrimoine Culturel et la Mission culturelle de Tombouctou, regroupant une vingtaine de participants venant de Gao, Bamako, Djenné, Bandiagara et Tombouctou. L’objectif de cette activité était de faire l’état des lieux du phénomène de pillage des sites et du trafic illicite des biens culturels pour proposer des pistes d’actions et minimiser ces fléaux dans les différentes régions. Ont participé à cet atelier des représentants des communautés, des agents de services techniques en charge de la culture, des membres des Forces de sécurité maliennes ainsi que des experts du domaine du trafic illicite et du pillage des biens culturels. Cette rencontre a également eu lieu en présence du préfet de Tombouctou représentant le gouverneur, du Maire de Tombouctou, du Directeur National du Patrimoine Culturel du Mali, ainsi que du représentant de l’UNESCO au Mali et de représentants de la MINUSMA.

Ici s’achève le point de presse hebdomadaire. Merci de votre attention. Nous sommes à votre disposition, à présent, pour répondre à vos questions.

Porte-parole : Mme Radhia Achouri

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here