Restitution parlementaire à Diola : Un exercice démocratique hautement apprécié

54

Le Collectif des 5 députés de la circonscription ont rendu compte des lois votées lors des sessions d’avril et octobre 2016 de l’Assemblée Nationale et recensé les préoccupations des communautés.
Une initiative à suivre et perpétuer. Une délégation du Collectif des députés de la circonscription de Diola (Kaladougou), conduite par son président l’honorable Mamadou Diarrassouba a organisé, le dimanche 19 février dernier à Diola, une journée de restitution parlementaire et de débats citoyens. Il s’agissait pour le Collectif des 5 députés de la circonscription de rendre compte des lois votées lors des sessions d’avril et octobre 2016 de l’Assemblée Nationale, mais aussi de recenser les préoccupations des communautés.
La salle de spectacle de Diola a refusé du monde pour cet exercice atypique qui a suscité beaucoup d’intérêts pour les populations du cercle de Diola. Devant une population sortie très massivement, la session a regroupé autour des honorables Mamadou Diarrassouba (RPM), Daouda Coulibaly (RPM), Yiri Keita (RPM), Bakary Fomba (URD) et Sékou Fantamady Traoré (ADEMA), toutes les autorités administratives et communales du cercle à savoir le préfet, les sous-préfets, le juge de paix à compétence étendue, les autorités scolaires, les maires de Diola et des 6 communes de la sous-préfecture centrale de Dioila.
La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le préfet du cercle, Monsieur Dédéou B. Maiga. C’est dans un cadre très participatif que l’honorable Diarrassouba et sa délégation se sont entretenus pendant toute une journée avec les populations. Entre élus de la localité à la représentation nationale et populations, l’approche a été très inclusive, démocratique et pédagogique. En langue nationale, les députés ont restitué aux populations les lois votées au cours des sessions d'avril et Octobre 2016, mais aussi écouté et recensé les préoccupations des communautés tout en promettant de les transmettre à qui de droit.
Lors de cette journée, plusieurs projets de lois votés à l’Assemblée Nationale courant 2016 ont été passés au peigne fin par les députés qui ont débattu de leur bien-fondé. Il s’agit, notamment de la loi des finances 2017 ; la loi d’alimentation en eau potable de Kabala 1 et 2 ; la loi pour le financement des projets d’électrification de quelques villages par énergies hybrides ; la loi relative au partenariat public privé ; la loi portant création de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite. Il en est de même des projet de loi à caractère social qui ont passé à l’AN, notamment la loi portant statut des fonctionnaires du cadre des services pénitentiaires et de l’éducation surveillée ; celle portant statut des fonctionnaires du cadre de la protection civile ; la loi sur la création des pupilles de la nation et pupilles de l’Etat, entre autres.
Les populations de Kaladougou qui ont bien appris de la session n’ont pas manqué de soulever des questions d’intérêt national à proposer aux débats à l’AN. Certains ont soulevé des questions relatives au statut des régisseurs et secrétaires généraux des mairies qui ont besoin de voir leur situation clarifiée dans la Fonction publique des collectivités. D’autres ont sollicité des consultations à la base avant la session parlementaire pour expliquer les projets ou propositions des lois avant la phase du vote. La stratégie de changement de mentalité, les problèmes de l’inapplication des lois entrées en vigueur ont été, entre autres préoccupations nationales soulevées par les populations de Diola.
Les préoccupations propres au terroir ont quant à elles concerné, entre autres, la rénovation du CSERF, l'emploi des jeunes, le vol de bœuf de labour dont les populations souffrent énormément, le butinage de la route Dioila-Massigui- Koualé, la création d’un Institut de formation des maitres. Les honorables députés ont pris note de toutes ces préoccupations et promis de les transmettre à qui de droit.
Avant de prendre congé des siens, l'Honorable Mamadou Diarrassouba à qui nous avons tendu notre micro nous donne ses impressions. « Je suis très satisfait de cette session qui a été couronnée par des réactions positives de la part des populations. Je salue les populations, non seulement pour la qualité de la mobilisation au tour de cette journée, mais aussi pour leur participation de qualité aux débats. Nous avons pu échanger avec elles sur l’essentiel des projets de loi phares des sessions d’avril et octobre 2016.
Nos populations nous ont écouté et posé des questions pertinentes qui pourront beaucoup nous aider dans nos activités parlementaires. Je pense que le message a passé, les populations ont bien compris et leurs préoccupations seront traitées. L’une des grandes préoccupations dans la localité exprimées par les populations, c’est le vol des bœufs de labour qui est un phénomène inquiétant pour les paysans de Fana jusqu’à Massigui. Nous ne manquerons pas de transmettre ce message aux plus hautes autorités pour une solution idoine. Aussi, les populations ont réaffirmé leur vœu de voir le rêve de la route Dioila-Massigui-Koualé se réaliser. Je pense que cette route est une nécessité aujourd’hui ».
Daniel KOURIBA
===============================
Ils ont dit……
Dédéou B Maiga, préfet de Dioila: « Il faut que la loi soit expliquée à la base surtout par ceux qui la votent, afin que les populations pour lesquelles elle a été votée puissent s’en a approprier pour une bonne application»
« Un tel exercice permet de renouer le contact et le dialogue avec les populations. On dit que nul n’est censé ignorer la loi, mais il faut tenir compte de certains facteurs comme le taux d’analphabétisme des populations. Il faut que la loi soit expliquée à la base surtout par ceux qui la vote afin que les populations pour lesquelles elle a été votée puissent s’en approprier pour une bonne application.
Cette rencontre avec les députés du cercle a permis aux populations de comprendre de façon, succincte les activités parlementaires. De la manière dont le compte rendu a été fait chacun a su exactement ce que l’Etat veut pour ses populations à savoir le développement, l’épanouissement socio-culturel à travers des textes. L’AN est la seule institution qui vote les lois et contrôle l’action gouvernementale. A ce titre, elle a une mission d’information, d’éducation et de sensibilisation des lois qui traduisent la volonté des plus hautes autorités. Cette journée a été très participative par des questions. Nous avons tous été honorés par l’intérêt que les populations ont porté à cet exercice ».
Mme Assétou Dembélé, conseillère, commune de Kaladougou (Dioila) : « Nos députés se distinguent des politiques politiciennes… »
« La démarche de nos honorables députés est bonne. Nos élus à la représentation nationale n’ont pas dérogé à ce devoir démocratique de rendre compte aux populations. C’est la preuve que les députés de Dioila pensent beaucoup à leur base, qu’ils ont besoin de leurs populations. Les réponses données aux questions posées ont été satisfaisantes. Ils ont fait montre qu’ils sont nos serviteurs pour le développement du cercle de Dioila.
Par cette initiative, nos honorables députés font preuve de maturité politique et se distinguent des politiques politiciennes. C’est ce que nous devons nous aussi démonter au sein du conseil communal. Etre toujours animé par l’esprit qu’une fois élu, il faut laisser la coloration politique de côté et travailler main dans la main pour le développement du cercle de Dioila. Je souhaite que cet exercice des députés soit pérenne dans la circonscription de Dioila. Que Dieu les assiste dans cette démarche ».
Yacouba Dowele Marico, maire de Kaladougou (Diola) : « Les population de Kaladougou vont s’en approprier »
« Nous sommes tous ravis de recevoir nos députés pour la restitution des lois votées. La session de restitution nous a permis de mieux comprendre. Ça nous a édifiés dans pas mal de choses par rapport aux projets de loi et aux amendements. Nous remercions et encourageons donc les députés dans cette approche. Je suis confiant qu’au sortir de cette session, si chacun, notamment les maires et conseillers qui ont pris part à cette journée se porte comme messager et fait sa part de restitution du contenu de la rencontre. Les populations de Kaladougou vont s’en approprier ».
Soumaila Coumaré, 1er adjoint au maire de Kaladougou : « Une restitution à hauteur du souhait »
« C’est une très bonne chose si les députés multiplient leurs contacts avec les populations, informent et recensent les préoccupations des populations. La restitution a été à hauteur de souhait. Il est tout à fait normal que cela donne de l’engouement puisque la population a besoin de tels exercices. Je suis satisfait non seulement de l’initiative des honorables députés, mais aussi de la sortie massive des populations. Vivement la prochaine restitution ».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here