CAN junior Zambie 2017 : « Les Aiglons ont tout pour réussir », dixit Amadou Kanté

106

Du 26 février au 12 mars 2017, la Zambie abrite la 20ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 20ans, communément appelée CAN juniors U 19. Le Mali qui participe à cette compétition est logé dans la poule A en compagnie du pays hôte, la Zambie, la Guinée Conakry et l’Egypte.

La poule B est constituée du Soudan, le Sénégal, le Cameroun et l’Afrique du Sud. Les Aiglons du Mali coachés par Baye Bah, ont fait une très bonne préparation au cours de laquelle, ils ont livré une dizaine de matches amicaux au plan national avant leur envol pour l’Afrique du Sud, dernière étape de cette mise en jambes. Ce sont des Aiglons au moral d’acier trempé qui défendront le drapeau vert-jaune-rouge malien. Quels sont les atouts et chances des Aiglons à cette phase finale ? Pour vous servir, nous sommes allés à l’école de Amadou Kanté, Inspecteur de la Jeunesse et des Sports, spécialité football.

Nous proposons son commentaire : « Je fais vraiment confiance à nos jeunes. C’est une formation qui revient de loin, pour non seulement avoir remporté la CAN cadet 2015 et devenir la vice-championne du monde dans cette catégorie, mais et surtout pour leur constance dans la performance. C’est une continuité qui est là. Jamais dans l’histoire du football malien, on n’avait vu une génération aussi exemplaire.

L’équipe malienne qui va jouer en Zambie est à plus de 80% composée de cette génération. Je pense bien qu’ils vont refaire la même prestation il y a deux ans. Sans me tromper, je fais confiance en ces jeunes. Ils sont talentueux, ambitieux. J’avoue qu’ils ont une très grande chance pour remporter le trophée. Mais, comme c’est le football, il faut toujours parler et laisser une petite marge.

Il faut reconnaitre que chaque équipe va pour chercher la coupe. Mais, je leur donne 90% de chance de gagner la coupe. En Zambie, le mot d’ordre de l’entraineur Baye Bah doit être le jeu pour tous. C’est-à-dire inculquer aux jeunes le jeu collectif. Cette tactique sera renforcée par les individualités qui sont l’une des forces de cette formation malienne. Beaucoup sont très expérimentés. La preuve est que plusieurs ont pu décrocher des contrats dans des grands clubs européens. Ces deux atouts doivent être conjugués pour produire un effet positif.

Je suis certain que cela est à la portée de ces Aiglons. Tout le monde doit jouer pour tout le monde. En football, le jeu collectif est toujours plus avantageux. A ce niveau de compétition, la culture tactique est très importante. J’ai beaucoup apprécié la préparation qui constitue une des clés de la réussite. Une équipe en jambes peut facilement aller plus loin. Le tâtonnement n’est jamais une arme sûre en matière de football. La compétitivité permet au sélectionneur d’être lucide dans ses choix et donne l’occasion aux joueurs de se corriger et s’améliorer davantage. Je fondei beaucoup d’espoir pour ces jeunes, qui s’entendent entre eux.

Je crois que l’une des forces de cette équipe, c’est la solidarité et la discipline. Ils l’ont toujours prouvé. C’est un de leurs secrets. En tout cas, s’ils acceptent de jouer comme en 2015, il n’y a aucun doute qu’ils ne puissent remporter le trophée. S’ils se considèrent comme un seul homme, ils vont sans surprise amener la coupe. Ces jeunes ont tout pour réussir et remporter la coupe. Ces braves jeunes doivent toujours avoir dans leur tête qu’ils sont devant le drapeau malien. Ils ne doivent pas décevoir tout un peuple. On ne peut être vice-champion du monde cadet et aller se faire battre facilement à la CAN junior avec cette même formation. Cela est anormal.

Je suis convaincu qu’ils vont défendre notre drapeau vaille que vaille. Après presque 60ans d’indépendance, le Mali n’a que deux coupes continentales à son actif, notamment la coupe CAF remportée par le Stade malien en 2009 et la CAN cadet 2015. Pourtant, notre pays a toujours eu d’excellents joueurs. Il faut que la tendance change. C’est pourquoi, je souhaite plein succès à nos aiglons et prie Dieu pour qu’ils puissent nous amener ce trophée. »

Propos recueillis par Jean Goïta

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here