Mali: avec Jean-Yves Le Drian, le MOC et la Minusma à Gao

52

Le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian est en visite au Sahel et au Sahara, sans doute la dernière dans la région en tant que ministre de la Défense. Samedi 25 février il était à Gao où il a rencontré des éléments maliens du MOC, le Mécanisme opérationel de Coordination, durement frappé par un attentat en janvier dernier.

Jean-Yves Le Drian s'est félicité des dernières avancées sur le terrain puisqu'en fin de semaine une première patrouille mixte (réunissant anciens rebelles, plateforme et forces armées maliennes) a pu avoir lieu dans la ville de Gao. Il s'est également félicité de l'adoption d'un calendrier devant permettre à partir de mardi prochain l'installation des autorités intérimaires dans cinq régions du Nord-Mali.

Treillis dépareillés, chèche vert kaki autour de la tête, une trentaine d’éléments du MOC sont salués un par un par le ministre français de la Défense. Il n'est pas facile de s'y retrouver au milieu de toutes ces insignes mais les choses avancent.

Dix-huit mois que les patrouilles mixtes étaient attendues. Après l’attentat de janvier il fallait réagir. « Ou bien il y avait une véritable accélération du processus, avec à la fois la mise en place des autorités intérimaires et le lancement des patrouilles mixtes, ou bien alors on entrait dans une spirale de violence immaîtrisable, explique à RFI le ministre français de la Défense. Et il y a eu ce sursaut, donc c’est un grand jour ! »

Le Mécanisme opérationnel de Coordination (MOC) a perdu près du tiers de ses hommes - tués ou blessés - le 18 janvier dernier (l'attentat a fait 54 morts et 125 blessés selon des sources sécuritaires maliennes, 77 selon des sources françaises), mais des effectifs se présentent depuis pour les remplacer.

Pour le colonel Sidi Mohamed Rhissa, le coordinateur du mécanisme, il y a urgence à lancer un processus de cantonnement pour identifier clairement tous ses éléments : « Tant qu’il n’y a pas eu le cantonnement ou le pré-cantonnement des mouvements, il y aura toujours des inconnus. Donc aujourd’hui il est très difficile de gérer la sécurité !». C'est lors du cantonnement que l'on peut savoir qui est qui, insiste le colonel.

Autre acteur sur le terrain, la Minusma. Barkhane et la Minusma, deux mandats bien distincts face à un même adversaire

En janvier, le Parlement allemand a autorisé, au moins jusqu'en 2018, la mission renforcée de la Bundeswehr sous couleurs des Nations unies au Mali. Dans quelques semaines, ces effectifs doivent atteindre un millier d'hommes. Avec ses drones, ses hélicoptères et ses blindés, l'armée allemande effectue des missions de reconnaissance, de transport et d'évacuation sanitaire, au profit de la Minusma et remplacera le contingent néerlandais à Gao.

Notre envoyé spécial a rencontré Mahamat Saleh Annadif, nouveau représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la Minusma et le colonel Marc Paare de la Bundeswehr. Ecoutez son reportage.

Nous avons des informations selon lesquelles une nouvelle voiture piégée est dans le secteur, donc à mon avis la question n'est pas de savoir s'il va encore se passer quelque chose mais quand ? et où ? Mais je dois dire que 99% du temps il se passe rien... et parfois, malheureusement, ça arrive
Début mars le contingent allemand sera renforcé avec l'arrivée d'hélicoptères d'attaque Tigre, ce qui doit porter leur effectif total à 900 hommes


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here