Serge Daniel, SABALI !

96

Au moment où des efforts sont conjugués afin de mettre fin à la crise sécuritaire qui prévaut au nord de notre pays, un Malien naturalisé qui n’est autre que Serge Daniel, le héraut, le pipeau et le porte-voix de la France au Mali, commence à dépasser les bornes. Serge Daniel se prend pour qui ?
Chassé de la Guinée Conakry pour ses dérapages et ses sornettes à n’en pas finir, Serge Daniel est venu trouver un cocon au Mali où il s’est fait offert une mue, pardon, une cure génétique pour devenir un Malien naturalisé. Et depuis, cet intellectuel à la langue pâteuse ne cesse d’importuner notre peuple qui lui a pourtant offert l’hospitalité légendaire. Donc, il est redevable d’une fière chandelle aux Maliennes et Maliens. Car, le séjour dans l'eau ne transforme pas un tronc d'arbre en crocodile. Cette maxime illustre bien les turpitudes auxquelles se livre Serge Daniel en toute innocence.
Ainsi, il mérite d’être mis à sa place sans ménagement quand il ne respecte pas les traditions de son pays d’adoption. Cet homme qui croit détenir le monopole de la cognition, s’est adonné à sa dernière frasque lors de la conférence de presse animée par les chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel en marge de leur rencontre de Bamako sur le terrorisme. En véritable ‘’One Man Show’’ comme à son habitude sur un plateau télé, il a utilisé le mot «caduc» en parlant de la mise en œuvre des accords signés entre le gouvernement et les groupes armés devant aboutir au retour tant envié de la paix au nord du Mali.
Réagissant à ce mot, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a poliment et intelligemment rossé ce journaliste dont le comportement irrévérencieux irrite de plus en plus de nombreux concitoyens au point de susciter une «Serge phobie». «Serge, je crois que vous maitrisez la langue de Molière aussi bien ses méandres», lui a-t-il répondu le président IBK d’un ton magistral. «Ayez du respect pour ceux qui sont morts», a enchainé le chef de l’Etat. Par ces deux phrases laconiques, Serge Daniel doit se le clouer à jamais et comprendre que sa coupe est déjà pleine.
Les libertés dont il bénéficie dans notre pays de tolérance ne pourraient jamais lui être accordées dans son pays d’origine. Tisonnier de la crise du Mali sur les antennes de ‘’Radio France infamante’’, eh pardon, de Radio France internationale (RFI), ce Serge disposant certainement d’une triple nationalité (malienne, béninoise et française) peut tout se permettre sans rien perdre. Au moindre pépin, telle une chauve-souris (à la fois félin et oiseau), il peut s’envoler vers d’autres cieux. Sinon, pour et comment s’offre-t-il la liberté de saper le moral des Maliens par ses propos apatrides ? Manquant d’humilité dans un pays miné par des crises, il pousse trop loin sa manette de commande jusqu’à s’en prendre à nos plus hautes autorités.
Ainsi, il commente à haute et intelligible voix, les revers de l’armée nationale sur le théâtre des opérations et magnifie le moindre exploit d’un groupe armé soutenu par des mains cachées. Où se trouvent l’éthique et la déontologie ? Le hic c’est que la Haute autorité de la communication (HAC) ne s’est jamais donnée la peine d’appeler officiellement Serge Daniel à l’ordre dont les troupeaux ne sont pas totalement entrés dans l’enclos. Or, s’il s’agissait de des confrères, elle aurait depuis longtemps pris la parole pour donner des leçons.
Dougoufana Kéita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here