25 ans de la constitution du Mali : La Faculté de Droit Public lance le débat sur les enjeux de la révision constitutionnelle

50

En prélude à l’organisation de la conférence d’entente nationale qui aboutira certainement à une révision constitutionnelle, la Faculté de Droit Public (FDPU) via le Laboratoire d’Etudes et de Recherche en Droit, Décentralisation et Développement Local (LERDDL) a organisé une journée de réflexion, le Samedi 25 Février 2017 au sein de la FDPU, pour commémorer les 25 ans de la constitution malienne. Une journée placée sous la présidence du vice recteur de la faculté de Droit public Moussa Djiré, en présence du représentant de la cour constitutionnelle M’Pènè Diarra, du doyen de la faculté de droit public, le professeur Bakary Camara et devant un parterre d’étudiants.

Dans son discours, le vice recteur de la faculté de Droit Public Moussa Djiré a fait la genèse de la constitution malienne du 25 Février 1992. Une constitution née à la suite des événements tragiques du 26 Mars 1991 qui a vu la chute du régime dictatorial du général Moussa Traoré. Il a fait savoir que c’est à la suite de ce chamboulement que la constitution du 25 Février 1992 a été rédigé comprenant toutes les aspirations des maliens.

Le vice doyen a indiqué que cette journée sera l’occasion pour les universitaires maliens de faire l’autopsie de la constitution du 25 Février 1992. Selon le Doyen de la faculté de Droit Public, la constitution du 25 Février 1992 qui a consacré l’avènement de la III ème République du Mali est l’une des constitutions africaines qui ont fait leur preuve face à l’épreuve du temps (Deux tentatives de révision ont échoué et un coup d’Etat a été surmonté), a indiqué le professeur Bakary Camara doyen de la faculté de droit public (FDPU). Il a souligné que la constitution du 25 Février a connu une perte de vitalité suite aux événements du Mars 2012.

« Les autorités maliennes s’apprêtent à organiser une conférence pour réviser le texte constitutionnel et c’est dans ce cadre que la faculté de droit public a décidé d’organiser une journée de réflexion pour commémorer les 25 ans de la constitution. Une journée qui vise à susciter un débat entre universitaires sur les enjeux de la révision », a développé le professeur Camara. Le doyen de la faculté de droit public indiquera que le décanat de la faculté a lancé appel à communication dont les thèmes doivent être en relation directe avec un domaine traité par la constitution du 25 Février 1992 dont la date butoir de dépôt était le 20 Février 2017.

Signalons qu’au cours de cette journée, plusieurs conférences ont été organisées par des professeurs chevronnés afin de disséquer la constitution du 25 Février devant les étudiants tout en se focalisant sur les enjeux de la révision de cette constitution en prélude à la conférence que le pays s’apprête à organiser.

Moussa Samba Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here