Atelier régional du Programme Usaid/Wafp: la subvention des engrais en Afrique de l’Ouest au cœur des débats

103

Le Programme ouest africain des engrais (Usaid Wafp), financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid ) et mis en œuvre par le Centre international pour le développement des engrais (IFDC), a organisé, en collaboration avec la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), du 21 au 22 février 2017, un atelier régional de partage de résultats et d’expériences sur le thème : «Les programmes de subvention des engrais en Afrique de l’Ouest : Comment faire un meilleur usage d’un soi-disant ”mal nécessaire” ?».

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée sous la présidence du ministre de l’Agriculture du Mali, Kassoum Denon, du responsable de l’AEG (Accelerated economic growth) de l’USAID Mali, David Yanggen, du Chef du projet Usaid Wafp, Robin Wheeler, du représentant de l’IFDC Mali, Amadou Ouadidjé, du représentant de Coraf/Wecard, Paul Senghor et du représentant de Wafa, Youssouf Coulibaly.

Cet atelier vise bien entendu à améliorer la conception, la gestion, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes actuels de subvention des engrais grâce à l’utilisation par les pays de l’Afrique de l’Ouest des directives standards validées par les parties prenantes et approuvées par la CEDEAO.

Plus précisément, il s’agissait de partager les résultats de la revue des programmes de subvention en cours en Afrique de l’Ouest ; d’identifier et d’utiliser des critères pertinents c’est à dire relatif aux politiques et aux données pour évaluer les programmes actuels; partager et documenter les expériences réussies dans la région ou ailleurs et enfin de discuter des questions de politiques et de proposer des recommandations sous forme de guide pour la conception, la gestion, la mise en œuvre et l’évaluation de programmes de subvention «intelligente ».

Par ailleurs, force est de connaitre que les programmes coûteux de subvention des engrais ont été mis en œuvre dans la plupart des pays de la région dans le but d’augmenter les niveaux d’utilisation des engrais et, par conséquent, augmenter la productivité agricole et réduire le niveau de la pauvreté.

Mais cependant, l’évidence est que ces programmes nationaux n’ont généralement pas atteint leurs objectifs, indiquant donc le besoin d’apporter des changements vers des subventions «Intelligentes», présumées être plus efficaces pour atteindre les bénéficiaires ciblés, réduire les distorsions du marché des engrais commercialisés et relancer la croissance de la productivité agricole.

Dans son allocution de mots de bienvenu, le représentant de l’IFDC-Mali, Amadou Ouadidjé, a rappelé la vision et la mission de sa structure. Pour lui, en donnant à cet atelier un cachet hautement régional avec la participation de la plupart des pays de la CEDEAO et de leurs Institutions d’intégration ainsi que certains pays hôte CEDEAO, démontre toute l’importance accordée à la réussite du secteur des engrais au Mali mais aussi dans la sous-région.

Pour ce qui le concerne, le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, a félicité les initiateurs et les organisateurs de cet atelier régional pour les efforts qu’ils ne cessent de déployer en faveur de l’amélioration des programmes nationaux de subvention en Afrique de l’Ouest. «Cette rencontre qui regroupe les parties prenantes du sous-secteur des engrais en Afrique de l’Ouest afin de traiter un thème qui mérite véritablement notre attention à savoir la gestion efficace et efficience des programmes de subvention des engrais», a souligné ministre Denon.

Il a ainsi ensuite indiqué que l’importance de l’agriculture dans les économies des États membres de la CEDEAO notamment sa contribution moyenne à la formation du produit intérieur brut est autour de 35%. A l’en croire, l’agriculture demeure le premier employeur car elle absorbe en moyenne plus de 60% de la population active des pays ouest africains.

Il faut retenir que l’IFDC est une organisation internationale publique(OIP) qui aborde les questions critiques dont la sécurité alimentaire mondiale, la diminution de la pauvreté globale, la protection de l’environnement, la promotion du développement économique et l’autosuffisance, à travers l’utilisation de technologies agricoles dont les engrais et autres intrants.

Le programme engrais de l’Usaid pour l’Afrique de l’Ouest (Usaid Wafp) est un programme de 5 ans financé par l’Usaid et mis en œuvre par l’IFDC dans les États membres de la CEDEAO et, dans une certaine mesure, au Tchad et en Mauritanie. Son objectif stratégique est d’augmenter au niveau régional, la disponibilité et l’utilisation d’engrais appropriés et à coût abordable, à travers quatre éléments clés à savoir l’investissement au secteur privé et le commerce général; la connaissance et l’utilisation des recommandations de fertilisation améliorées; la mise en œuvre de la réglementation régionale et enfin l’amélioration des politiques de subvention.

Seydou Karamoko KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here