Lutte contre l’insécurité et le grand banditisme : La méthode du Gal Salif Traoré fait tache d’huile

53

La guerre sans merci engagée contre l’insécurité et le banditisme par le Ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection Civile, Gal Salif Traoré, donne ses fruits. Pratiquement chaque semaine, un réseau de grands bandits et autres trafiquants de drogue est démantelé et mis hors d’état de nuire par les éléments des différents Commissariats du district de Bamako et l’Unité des Forces Spéciales anti-terroristes (Forsat).
Face à la recrudescence de l’insécurité, le Ministre en charge de la sécurité intérieure et de la protection civile, le Général Salif Traoré, multiplie les initiatives depuis son arrivée à ce poste, pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens. Ces actions qui s’inscrivent dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité, apportent aujourd’hui de façon incontestable, leurs fruits. De plus en plus mobiles et vigilantes, les forces de sécurité gagnent en confiance, rassurent et font la fierté des populations maliennes.
Sur le terrain, ce regain de confiance et de réarmement moral des forces de sécurité se traduit par la neutralisation des réseaux de criminels, de bandits de grands chemins et de trafiquants de drogue dans le district de Bamako et environs.
Le bilan en chiffres au niveau de la police nationale est plus qu’évocateur. En 2016, la police malienne a réalisé 5 616 patrouilles à Bamako, 3 573 dans les régions, soit un total de 9 189 patrouilles. Ces patrouilles ont permis 8.360 interpellations à Bamako et 2.440 autres interpellations dans les régions soit un total net de 10 800 interpellations. La police a également fait 1 789 descentes et saisi 157 armes à feu, tous calibres confondus. Quelque 552 personnes ont été fichées courant 2016.
Les Forsat, le cauchemar des bandits
Dans le cadre du renforcement de la sécurité dans la ville de Bamako, les commissariats bénéficient de l’appui des autres services du département de la sécurité que sont la gendarmerie et la garde nationale.
Créées en mars-avril 2016, les Forces Spéciales anti-terroristes, Forsat, sont régulièrement en action dans les zones criminogènes. Leur mission, dénicher, traquer et mettre hors d’état de nuire les réseaux criminels afin de garantir la sécurité et la quiétude des populations. Depuis la création des Forsat, plusieurs réseaux terroristes et bandits qui coupaient le sommeil aux Bamakois sont été neutralisés.
Ces résultats sont le fruit d’énormes efforts pour ren­forcer les capacités opérationnelles et améliorer les conditions de vie et de travail des forces de sécurité. Il s’agit entre autres de la formation et l’équipement des forces de sécurité, la dotation en moyens, matériels et infrastructures (véhicules, armements, habillements, construction et réhabilitation d’Unités…) et surtout l’amélioration des conditions de vie et de travail des forces de sécurité à travers l’adoption de quatre décrets sous l’égide du ministre, le Gal Salif Traoré.
En termes de matériels roulants, 169 véhicules (pick-up Toyota, véhicule d’escorte présidentielle, Toyota Co­rolla) ont été achetés. Il faut ajouter à cela, 25 ambulances, 11 camions citernes, 2 bateaux (zodiac et pirogue motori­sée) et 170 motos tout terrain.
Dans le cadre du maintien d’ordre, d’importantes acquisitions ont été faites. Un millier de casques de pro­tection et de casque MO, un millier de jambières, de boucliers rectangulaires, des bâtons de défense en caoutchouc, des cen­taines de gants MO et de gilets pare-coups, 2000 casques pare-balle avec visière, des milliers de bâtons à poignet télescopique, des menottes, masques à gaz, gilets PB au port apparent et gilets PB à port discret, une dizaine de loupes puissantes et des lots d’effractions.
Pour ce qui concerne les armes et les munitions, des centaines de caisses de grenade MP à main et à fusil et des milliers de munitions ont été acquises. De même, des matériels de transmission tels que les portatifs, les mini drones, les appareils de recon­naissance, des lunettes et des ju­melles de vision nocturne ainsi que des relais VHF ont été achetés.
En équipement individuels, des jeux d’échelles, des lits pliants, des tables, des torches, des cordes et des dispo­sitifs d’éclairage collectifs ont également été acquis. Sans compter les groupes électrogènes, les tenues d’in­tervention avec accessoires, des dé­tecteurs et des talkies walkies.
Daouda T. Konaté

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here