Maliens de Mauritanie : Le CSDM rejoint par le bureau local du Haut Conseil

30

Suite à leurs souffrances qui semblent s’éterniser les Maliens vivant en Mauritanie veulent changer de fusil d’épaule. Depuis tout le temps qu’ils font part de leur calvaire sur ce territoire à la fois islamique, ami et frère du Mali, nos immigrés ont régulièrement décrié le laxisme des deux pays.

Avant même de fouler le sol mauritanien, ils sont soumis aux affres du racket. Ensuite, c’est l’acharnement à l’intérieur au point qu’ils sont contraints parfois de se terrer chez eux. Lorsqu’ils sont arrêtés sans la carte de séjour, ils doivent payer beaucoup d’argent ou, pour les moins chanceux, croupir en prison. Les autorités diplomatiques de notre pays, malgré les interpellations quotidiennes de leurs compatriotes, ne proposent aucune issue à cette situation qui aurait pu rapidement se résoudre au plan diplomatique. Surtout que les relations entre les pays sont loin d’être exécrables. Des délégations se sont parfois déportées jusqu’à Bamako pour faire bouger l’état. Rien n’y fit ! Alou Diabaté est récemment venu de Nouakchott. Il est le secrétaire adjoint aux affaires sociales de l’association FASO KANU en Mauritanie et veut désormais alerter toute l’opinion nationale sur leur sort dans ce pays voisin. « Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi nous sommes si maltraités pendant que notre pays reste silencieux. En plus, les Mauritaniens sont si bien au Mali », avait-il lâché. Même reproche à l’endroit du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur qui est censé les représenter et inciter à des réactions promptes à l’instant où leurs droits sont violés. Visiblement, les choses se sont accélérées et beaucoup ont choisi d’aller vers le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM). Le 27 janvier 2017, une frange importante du bureau du Conseil de base des Maliens de l’extérieur (CBME-Mauritanie), représentant le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur ont fait défection. « Depuis un certain temps, le Haut Conseil est politisé. Mais le dur pour nous est que le président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur ne s’occupe pas de nous malgré nos souffrances que tout le monde connait maintenant», explique Boubakar Sidiki TRAORE, secrétaire général du tout nouveau bureau du CSDM en Mauritanie. Précisons que ce dernier a quitté avec d’autres membres influents du précédent bureau dont Boukhadary Thienta, Yacouba Sidibé, Lassana Kondo, Haby Traoré, Mory Bernard Kamissoko et Mamadou Diakité. Tous ont déposé leurs bagages au CSDM où ils disent avoir le cadre d’espoir leur permettant de soulager les Maliens de Mauritanie.

Idrissa DICKO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here