Me. Mountaga Tall président du CNID-FYT sur la gouvernance : « Malgré les difficultés il y a eu des avancées notoires… »

49

Comme il est de coutume depuis quelques années, le Congrès National d’Initiative Démocratique (CNID Faso Yiriwa Ton), a présenté le vendredi 24 février dernier à la maison de la presse,  ses vœux de nouvel an aux hommes de media. Occasion mise à profit par le président du parti,  Me. Mountaga  TALL  pour faire un tour d’horizon des sujets qui dominent l’actualité nationale. Selon lui malgré les difficultés, il y a eu des avancées notoires dans divers domaines.

Perpétuant une tradition vieille de près de deux décennies, le parti CNID FYT a présenté le vendredi 24 février dernier à la Maison de la presse, ses vœux de nouvel an aux hommes de média. A cette occasion, le président du CNID FYT, Me Mountaga TALL, non moins ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, porte parole du Gouvernement  a évoqué plusieurs questions d’actualité.

Parlant du rapport de  ‘’Reporter Sans Frontières’’(RSF),  selon lequel le Mali a connu un recul en 2016 en matière de liberté de presse, le président du CNID-FYT, Me. Mountaga Tall a précisé que cela n’est pas lié aux actions du gouvernement. Mais plutôt, par la prise en otage des journalistes de l’ORTM par un groupe touareg en 2014 et le meurtre non-élucidé d’un journaliste à Tombouctou. En clair, selon lui, le classement négatif du RSF est dû à la situation sécuritaire du pays.

Dans la même dynamique, il a précisé que l’aide à la presse a été doublée en 2016, sur instruction du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Mais aussi, il a souligné, la nomination du directeur de l’Ecole Supérieur de journalisme  et des sciences de la communication et annoncé l’ouverture très prochaine de cette école.

S’agissant de la situation sécuritaire du pays, Me Tall a déclaré que le Mali a payé un lourd tribut du fait du  terrorisme. Pour lui  les ennemis du Mali et de la paix  voulaient coûte que coûte empêcher les patrouilles mixtes, mais  leur  manœuvre a été mise  en échec. Car dit-il, les patrouilles mixtes ont débuté le jeudi dernier à Gao  et s’étendront prochainement  sur les autres zones du Nord.

Quant au centre du pays, Me Mountaga Tall, a déclaré que cette zone est en proie à des actes terroristes, et des  difficultés récurrentes entre éleveurs et agriculteurs. Face  à cette situation, il a invité les Maliens a évité de faire l’amalgame.  «Les affrontements liés à la gestion des champs et des pâturages sont sans doute une réalité dans tout le sahel et ailleurs en Afrique. Mais les ramener à un conflit ethnique procède d’une vision réductrice et dangereuse », a-t-il prévenu.

Parlant de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, le président de CNID FYT, estime que chacun doit pleinement jouer sa partition  en faveur de la sortie de crise.

Sur le plan économique, Me TALL a déclaré que malgré l’insécurité, le Mali a fait des progrès substantiels dans le classement « Doing Business » avec un taux de croissance de l’ordre de 6%. Laquelle croissance dit-il,  a permis au Mali de mettre en œuvre une politique de soutien à la consommation des produits de première nécessité tels que, les céréales, d’augmenter le point d’indice du salaire des fonctionnaires de 20% entre  2015 et 2017. Mais aussi, de mettre en place un programme d’urgence de bitumage de près de 300 kms de voie pour un montant d’environ 118 milliards FCFA. Toute chose qui selon lui démontre les efforts consentis par l’autorité politique.

«Il reste que les difficultés sont réelles et il s’agit ni de les nier, ni de les occulter. Mais les progrès sont tous aussi réels et il ne faut sans doute pas tout peindre en noir comme s’y emploient certains » dit-il.

S’agissant de la vie de son parti, Me Mountaga Tall a rappelé que le CNID FYT a célébré son 25ème anniversaire, le 25 mai dernier et appartient à la mouvance présidentielle.

Par Jean Joseph Konaté (stagiaire)     

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here