PARTIS UNIS POUR LA REPUBLIQUE : La conférence d’entente nationale doit être inclusive

41

La maison de la presse a servi de cadre le dimanche 26 février 2017 a une conférence de presse des Partis Unis pour la République, entrant dans le cadre de la célébration du 6ème anniversaire de la création du Regroupement de Partis politiques dénommé Partis Unis pour la République. La conférence de presse était animée par le président des partis unis pour la république, Dr Abdoulaye Amadou Sy. C'était en présence du vice président Housseini Amion Guindo et plusieurs membres de la coalition.

Le président des partis unis pour les républiques, Dr. Abdoulaye Amadou Sy a rappelé que le regroupement politique a été créé depuis le 26 février 2011. Les Partis Unis pour la République ont soutenu la candidature du président de la CODEM Housseini Amion Guindo, arrivé 5ème sur 28 candidats à l'élection présidentielle de 2013. Il a souligné que la situation que traverse notre pays est essentiellement caractérisée par la mise en oeuvre de l'accord de paix et de Réconciliation et l'insécurité dans sa partie septentrionale et de centre.
Le blocage actuel du programme du Démobilisation, Désarmement, Réinsertion DDR, la prolifération des groupes armés, la montée des djihadistes constituent un défi majeur à relever dans la phase actuelle de la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali. Selon le président des PUR, Dr Abdoulaye Amadou Sy, la conférence d'entente nationale doit être inclusive en faisant en sorte que tous les mouvements n'ayant pas eu l'opportunité de prendre part aux négociations sur l'accord de paix et de réconciliation et ceux qui ont vu le jour récemment pour diverses raisons, participent à ce grand forum. Elle doit bénéficier de l'implication sans réserve de l'ensemble de la classe politique toutes tendances confondues, de la société civile et des religieux pour un résultat à hauteur des attentes du peuple.
Il a fait savoir que la révision constitutionnelle doit être massivement soutenue au regard du fait qu'elle sera le creuset de la refondation institutionnelle de l'État. Il est indéniable que cette Révision est nécessaire pour la pérennisation et la consolidation de notre démocratie. Un autre mouvement social non moins remarquable depuis quelques mois, à savoir les manifestations et marches de protestations qui se sont déroulées dans notre capitale suite à des déguerpissements qui n'ont pas manqué de retenir l'attention des populations.
Il a précisé que l'occupation du septentrion de notre pays par des djihadistes en 2012 a laissé la place à une insécurité résiduelle qui se caractérise par des assassinats ciblés des responsables civiles et politiques. Également dans ces zones affectées par ce fléau de l'insécurité, nous assistons à la recrudescence des conflits inter et intracommunautaires qui endeuillent les laborieuses populations au point de freiner le développement économique déjà en situation de précarité.
Daouda Diankoumba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here