USJPB : le 25ème anniversaire de la constitution malienne célébré

61

La Faculté de droit public (FDPU), de l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) en partenariat avec le laboratoire d’Études et de Recherche en droit et développement local (LERDDL) ont commémoré le 25ème anniversaire de la constitution malienne. C’était sous la haute présidence du vice-recteur et recteur par intérim de l’USJPB, Moussa Djiré.

Le Doyen de la Faculté s’est dit très heureux de voir autant d’étudiants réunis pour cette circonstance, qui entre dans le cadre de leur formation complémentaire. Le Doyen Bakary Camara a profité de la circonstance pour inviter les étudiants à faire preuve de sagesse et d’éviter la violence dans l’espace universitaire. Selon lui, les étudiants peuvent revendiquer leur droit tout en restant en classe.

Le Recteur Moussa Djiré dira que la constitution est le gouvernail de la nation, car il permet de rétablir de l’ordre dans un pays. « Il est tout à fait juste que les universitaires s’unissent autour de la constitution déjà vielle de 25 ans, pour enfin faire un diagnostic afin de lui donner un souffle nouveau », a-t-il dit.

« La naissance de la constitution du 25 février 1992 par la conférence nationale », « la rédaction multilatérale de la constitution du 25 février », « le constitutionnalisme au Mali entre mimétisme et syncrétisme », « la légitimité des gouvernements dans le système constitutionnel des pays de d’Afrique francophone », « le contrôle de la constitutionalité des lois dans la constitution », « Constitution et contentieux électorale », « Le Senat à l’orée de la révision constitutionnelle », « L’Avenir de la 3e République du Mali », « La Constitution du 25 février 1992, 25 ans après : chronique d’une mort annoncée », « La déchéance de l’Etat de Droit au Mali : 1992 – 2016 », « La Constitution malienne du 25 février 1992 au prisme du droit pénal », sont entre autres les thèmes débattues pendant cette journée d’anniversaire. Un autre moment fort de cet anniversaire a été la présentation du livre « penser l’Etat, penser la jeunesse » du Dr Tiefing Sissoko.

Selon les organisateurs, la Constitution du 25 février 1992 qui a consacré l’avènement de la 3ème République du Mali est l’une des constitutions africaines qui ont fait leur preuve face à l’épreuve du temps. Le régime qu’elle a institué et l’identité républicaine qu’elle affiche, depuis bientôt un quart de siècle au reste du monde correspondent-ils à l’unité nationale que l’on tente de reconstruire par l’Accord pour la paix?

Dans un contexte de «diffusion mondiale du constitutionnalisme pluraliste et démocratique, véhiculé par une idéologie transnationale et par un nombre de relais doctrinaux et institutionnels, étatiques et internationaux», cette question mérite notre attention puisqu’elle s’insère sur le plan régional dans un « espace d’isomorphisme constitutionnel» en perpétuel mouvement’. Issue d’un processus national de « sédimentation constitutionnelle », d’un processus de transition de la dictature à la démocratie, voulue par le peuple souverain du Mali, organisée et exprimée par la Conférence nationale de 1991, la Constitution du 25 février a connu une perte de vitalité suite aux évènements de mars 2012. Cependant, les autorités maliennes s’apprêtent à organiser une autre conférence pour réviser le texte constitutionnel. Et c’est dans ce cadre que la Faculté de droit public a décidé d’organiser une journée de réflexion pour commémorer, le 25 février 2017, les 25 ans de la Constitution.

KANTAO Drissa

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here