Commune V : Le sursaut de la dernière chance

Le réveil du parti du « Soleil levant » est-il vraiment possible ? En tous les cas, depuis quelques jours, tout le monde y va désormais de son commentaire sur les raisons, pour le moins étrange de la grande débâcle électorale du parti, lors des municipales du 20 novembre dernier. En effet, de sept (7) conseillers lors du précédent mandat, le parti se retrouve aujourd’hui avec un seul conseiller, acquis non pas sur une liste propre du parti, mais sur une liste d’alliance ADP-Maliba-CNID. Un moindre mal pour, diront certains, une forfaiture inacceptable pour d’autres militants, qui n’ont pas hésité à boycotter les élections, le jour du vote, histoire de manifester leur ressentiment à travers ce qu’on peut qualifier de juste manière, comme un vote-sanction.
Au final, ce sont les partisans de l’alliance, qui ont finalement eu raison, au regard de l’ensemble des résultats, pour le moins « catastrophiques » (le mot n’est pas fort) obtenus par le parti, dans les six communes de Bamako. Tenez-vous bien : sur les six communes du district où le parti s’est présenté partout sur une liste proprement CNID, c’est seulement en commune V qu’il a pu obtenir 1 conseiller.
Ce fiasco électoral pouvait-il rester soumis à la lourde loi du silence ? Bien sûr que non. C’est pourquoi, au cours du week-end dernier, la réunion de la section convoquée par son président Oumar Siby, seul conseiller élu en commune V, a failli tourner au pugilat, tant les échanges furent parfois houleux, les propos acerbes entre les militants et cadres politiques du parti parmi lesquels d’anciens conseillers municipaux CNID.
Pourquoi le CNID, un parti historique au parcours électoral assez élogieux en commune V, s’est-il laissé naïvement influencé ou pour parler vrai « envouter », par l’ADP-Maliba ? Après de longues minutes de défoulement, au demeurant bien compréhensible, les responsables locaux du parti ont ensuite convenu de procéder à un véritable état des lieux au niveau des différents quartiers de la commune (soit 8 au total).Il s’agit de mettre en place de nouvelles structures (le parti compte 10 sous-sections), en vue de l’élection d’un nouveau secrétaire de la section. Quand on sait que le parti a perdu toutes ses structures de Sabalibougou, à cause du départ en pompe de l’’ex-président de la section Karim Togola, récemment élu sur la liste RPM. Face à l’impératif d’un nouveau sursaut, les militants n’ont visiblement plus d’autre choix que de réussir ce nouveau pari.
B.C
Correspondance particulière

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here