5è édition du Salon de l’habitat : Le partenariat public prive, solution alternatives au financement des logements

Il permet aux pouvoirs publics d’envisager des solutions idoines au souci de réalisation du maximum de logements pour satisfaire aux besoins estimés à plus 444 000 logements par an

Le secrétaire général du ministère du Logement, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Mamadou Coulibaly, a présidé la cérémonie d’ouverture de la 5ème édition du Salon de l’habitat de Bamako (SAHABA) dans la cour du Palais des Sports sis l’ACI 2000. C’était en présence des représentants du gouverneur du District et du maire de la Commune IV, du président de l’Association professionnelle des promoteurs immobiliers du Mali (APIM) et de nombreux acteurs du secteur des BTP. Des professionnels du secteur des BTP et de l’immobilier sont venus de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Burkina Faso et du Niger pour participer à ce salon qui durera jusqu’au 5 mars prochain. Une centaine de stands sont ouverts dans les deux halls du Palais des Sports et offrent aux visiteurs une gamme variée de produits immobiliers conforment au thème de la présente édition du salon : « Logements sociaux, moteur du développement urbain ».
Les différents intervenants au cours de la cérémonie d’ouverture ont souligné la nécessité de concilier l’intérêt des secteurs public et privé pour assurer un retrait en douceur de l’Etat de la production afin de permettre l’émergence des entreprises viables et capables de relever le défi « un toit pour tous ». Le président de l’APIM, Moussa Coulibaly, a fortement souligné cette idée, estimant qu’il faut stimuler le rôle d’innovateur du secteur des BTP en lui imprimant une dynamique à même de booster l’économie. Il a plaidé pour un retrait de l’Etat du secteur de la production au profit du secteur privé. Par ailleurs, Moussa Coulibaly n’a pas manqué de remercier le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, pour son initiative de réaliser 50 000 logements dont 20 000 seront réalisés par les promoteurs privés dans le cadre du Partenariat public-privé (PPP). Selon lui, l’initiative permet aux promoteurs privés de contribuer au financement et à la réalisation de programmes de logements sociaux dans le respect des normes techniques et professionnelles. Quant au président de l’Ordre des architectes du Mali, Drissa Nicolas Koné, il a attiré l’attention de l’auditoire sur les limites de l’extension des villes.
Selon lui, il est grand temps d’entreprendre une politique de densification des anciens tissus urbains afin que les logements sociaux ne soient plus cantonnés à la périphérie de nos villes. Aussi, a-t-il émis le vœu d’étendre les concours d’architecture à la conception des logements sociaux comme ce fut le cas pour les 300 logements de Garantibougou. Il a également souhaité que la complémentarité entre les architectes, les urbanistes, les ingénieurs conseils et les géomètres experts soient le moteur de l’efficacité de la future collaboration au service des promoteurs publics et privés. Le secrétaire général Mamadou Coulibaly a rappelé que le thème de cette 5ème édition cadre parfaitement avec les attentes de son département dont le souci est d’offrir un toit à chaque Malien. Le besoin est donc estimé à plus de 444 000 logements par an. C’est pour satisfaire à ce besoin, rappellera-t-il, que le président Keita a fait élaborer un programme gouvernemental de logements sociaux, actuellement en cours de réalisation.
Mamadou Coulibaly n’a pas caché que des difficultés ont été relevées dans la réalisation des différents programmes gouvernementaux de logements sociaux dans le cadre du PPP. Il s’agit entre autres du problème des ressources limitées du budget de l’Etat dans le financement des programmes concernés, ainsi que de la faible capacité des sociétés immobilières. Il a cité aussi les problèmes de disponibilité des terres devant servir de sites pour les logements à réaliser. C’est pourquoi les ateliers thématiques prévus dans le cadre de cette 5ème édition offrent des cadres d’échanges pour nourrir la réflexion afin de trouver des mesures durables pour aplanir les difficultés en particulier les épineux problèmes du financement et du foncier.
Notons qu’en marge du salon, il est prévu diverses séances de discussions au cours desquelles seront abordées de nombreuses thématiques : « les logements sociaux et la maitrise du développement urbain : cas de Tabacoro », « le rôle de l’architecture dans la production de logements : cas des logements sociaux », « la responsabilité des différents acteurs dans le processus de construction ». Ces thématiques seront développées respectivement par l’Ordre des urbanistes, l’Ordre des architectes et l’Ordre des ingénieurs conseils.
A. O. Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here