Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) : Les exportateurs informés sur les opportunités de l’Agoa

Informer les principaux acteurs du secteur privé malien sur les avantages et opportunités d’exportation offerts par l’Agoa et le schéma de libéralisation des échanges (SLE) de la Cédeao pour booster les exportations. Tel est l’objectif d’un atelier organisé le mercredi dernier au Grand Hôtel de Bamako.

Cette rencontre est organisée par le Trade Hub en collaboration avec le ministère du Commerce, l’Apex-Mali, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali et le Comité Agoa.  Dans son intervention, le représentant de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) Mahamadou Sanogo, a fondé beaucoup d’espoir sur ces travaux afin de pouvoir lever les obstacles auxquels notre pays fait face dans le cadre de l’Agoa. “Il y a deux défis à relever par nos entreprises dans le domaine de l’Agoa. Il s’agit du  défi de la qualité et celui de la quantité” a précisé le représentant de la Ccim. Le représentant du projet Usaid/West Africa Trade and Investisment Hub, Kara Diallo, d’ajouter que  le Mali n’a pas encore pleinement profité des opportunités offertes par l’Agoa. “En 2015, les exportations du Mali vers les Etats-Unis se sont  élevées à 4,504 millions de dollars. Il existe des opportunités pour les exportateurs maliens sous Agoa. En 2015 toujours, le Mali a exporté pour plus de 492 000 dollars de marchandises sans revendiquer de statu préférentiel en vertu d’Agoa. Ceci constitue un domaine ou les exportations maliennes peuvent bénéficier d’Agoa et croître” a ajouté M. Diallo.

A l’en croire,  il y a deux principaux facteurs qui contribuent à cette sous-utilisations de l’Agoa. “Premièrement, le secteur privé malien n’a pas une connaissance suffisante du marché américain, et deuxièmement, le Mali n’a pas encore commencé à mettre en œuvre sa stratégie d’utilisation de l’Agoa” a-t-il précisé. Selon lui, l’extension de l’Agoa à 2025 donne un nouvel élan aux pays éligibles pour exploiter ces avantages.

Même son de cloche chez le représentant du ministère du Commerce, Adama Yoro Sidibé. Il a souligné que le Mali a été admis à l’Agoa en 2002 et  les exportations maliennes vers les Etats-Unis demeurent, selon lui, négligeables au regard des potentialités du pays. Le représentant du ministère du Commerce de poursuivre que diverses études d’évaluation menées, notamment par la commission économique pour l’Afrique (CEA), le département d’Etat américain, expliquent cette faible performance par des facteurs comme :  la faible connaissance des opérateurs exportateurs des besoins du marché américain ; les problèmes de conformité des produits en terme de qualité exigée par les consommateurs américains ;  la faible diversification de l’économie et la faiblesse de la capacité d’offres ; la méconnaissance des procédures d’exportation aux Etats-Unis ; le manque de partenaire commercial et financier sur le marché américain. A travers donc cet atelier, il s’agit  d’informer les principaux acteurs du secteur privé malien sur les avantages et opportunités d’exportation offerts par l’Agoa et le schéma de libéralisation des échanges (SLE) de la Cédéao pour booster les exportations.

Cette stratégie s’articule autour de trois axes prioritaires que sont : développer le textile et l’habillement, accroitre les exportations dans les secteurs traditionnels, et enfin diversifier les exportations maliennes vers les Etats-Unis.

                Kassim THERA


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here