Société Gallice Security : Ces français qui protègent les chefs d’Etat africains

Les péripéties sécuritaires ont fait du continent africain une destination pour les sociétés étrangères de sécurité. Gallice Security, une société privée française (basée en Irlande), se tient sur la première marche avec des contrats signés dans trois pays : Mali, Centrafricaine et Gabon. Actuellement, des discussions seraient en cours pour renouveler le contrat avec notre pays. L’info a été dévoilée par Frédéric Gallois, un des dirigeants de la société Gallice Security, dans une interview accordée à Rfi.

Créée en 2007, Gallice est une société dédiée à la protection des personnes en France et à l’International. Elle réunit un réseau d’éléments issus des unités européennes des services de police, de gendarmerie ou des armées.

Sur la carte des risques de cette société, apparaît en rouge clair le Mali ainsi que la République centrafricaine et le Gabon. Et dans chacun de ces pays, la société a de juteux contrats, exécutés sous la domination mensongère de « conseil en sécurité». En effet, depuis la loi de 2003 contre le mercenariat en France, aucune entreprise française n’a le droit de former une armée étrangère. Ce qui fait d’ailleurs que la société Gallice internationale est basée en Irlande.

Gallice a encadré les gardes présidentiels de ces trois pays. « Nous avons réalisé des missions d’encadrement qui ne sont pas toujours en continu dans ces pays. Mais effectivement, nous avons fait des missions de formation pour ces unités-là », a révélé Frédéric Gallois dans l’interview accordée à Rfi.

Pourquoi la présidence malienne a-t-elle sollicité Gallice? Peut-être parce qu’elle n’avait pas entièrement confiance dans les troupes du capitaine Amadou Sanogo à l’époque ? La réponse est toute simple : « Justement, je crois que nous avons réussi à les convaincre qu’une entreprise comme la nôtre était capable de monter son service de sécurité à des standards internationaux, c’est-à-dire de « dépolitiser » des gardes présidentiels qui ont, en fait, pour mission, en réalité, la sécurité du président », selon Frédéric.

Faut-il le rappeler, quand Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) s’est installé à Koulouba, en septembre 2013, le premier de ses soucis était de s’entourer d’une garde compétente. Ainsi, la société Gallice serait introduite au Mali par l’intermédiaire de l’homme d’affaires corse, Michel Tomi. L’affaire est rapidement conclue : Gallice formera au plus vite la garde présidentielle, composée de quelques dizaines d’hommes, aux règles de base de la sécurité rapprochée.

Mais l’affaire a provoqué un tollé au Mali en 2014, lorsque Tomi a été mis en examen en France pour, entre autres, « corruption d’agent public étranger », entraînant dans sa chute Gallois, lui aussi mis en examen. Mais ce dernier, dans l’interview accordée à RFI, a clamé une fois de plus sa bonne foi : « Tout d’abord, nous sommes assez confiants… La justice a remarqué que nous n’avions aucun caractère de corruption dans ce contrat… souligné que le contrat a été totalement réalisé dans de très bonnes conditions par notre entreprise ».

Aussi, Frédéric Gallois a laissé entendre que la société Gallice est en discussions avec la présidence du Mali pour renouveler le contrat. «Pour l’instant, notre contrat s’est terminé. Mais nous souhaitons et nous sommes en discussions pour redémarrer », a-t-il répondu au journaliste Christophe Boisbouvier qui cherchait à savoir si Gallice est toujours présent à Bamako.

IBD

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here