Mme SAWADOGO Djelika DEMBELE, présidente des femmes de la section VI URD « Des femmes ont occupé des grands postes de responsabilité au Mali »

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme, nous avons tendu le micro, a Mme Sawadogo Djélika Démbélé, présidente du Mouvement des femmes du parti Urd de la commune VI et aussi première vice- présidente du Bureau Politique National des femmes du Parti. Elle parle de cette journée et de sa carrière professionnelle.
Consultante dans le domaine du montage et de formation des projets, Mme Sawadogo Djélika Dembélé, est détentrice d’un Master 2, en Management des Projets et Organisations. Ancienne militante du parti Mouvement pour le Renouveau (MPR), où elle occupa le poste de Secrétaire général du Bureau National du Mouvement des Femmes, avant de basculer à l’Union pour la République et la Démocratie avec un nombre important de militants. A l’Urd, elle occupe d’abord le poste de Secrétaire aux finances du Bureau National sortant de l’Urd et actuellement présidente de la section VI du mouvement des femmes du district de Bamako.
En plus, Mme Sawadogo, est la première vice- présidente du Bureau National du Mouvement des Femmes de l’Urd. Dans sa carrière professionnelle, la présidente des femmes du parti de la poignée de main, en communeVI, fut tour à tour, bénévole ; prestataires ; agent de terrain et pour finir avec les postes de Chef de projets dans plusieurs Ongs pour le développement de la place avant d’être aujourd’hui , Consultante dans le domaine de montage et de formation des projets à son propre compte. Sur le plan politique, elle est sur tous les fronts du parti. En qualité de première vice présidente du mouvement des femmes du parti, elle a eu l’occasion de participer aux différentes sorties du parti dans toutes les régions du Mali.
Mme Sawadogo Djélika Dembélé rappelle que l’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle. Elle a ajouté que la création d’une « Journée internationale des femmes » est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.
« La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Le 8 mars1977, l’Organisation des Nations unies adopte une résolution enjoignant à ses pays membres de célébrer une « Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale » plus communément appelée par l'ONU « Journée internationale de la femme »[] a précisé le présidente de femmes Urd de la commune VI.
Des acquis pour la promotion de la femme, elle pense que la célébration de cette journée est un très importante. Avant d’ajouter que la femme malienne bénéficie déjà des avancées dans le cadre de son épanouissement. Au nombre desquelles, elle a cité, la loi portant sur les 30% des postes de responsabilité et éligible, pour les hautes fonctions de la République. Légalité entre les femmes et les hommes des conditions de travail ; le droit de vote, pour ne citer que ceux-là. Par ailleurs, elle a apprécié les candidatures encouragées des femmes dans les recrutements tant dans les services publics et privés. Pour terminer elle a rappelé que déjà, des femmes ont occupé des grands postes de responsabilités au Mali, tel que Mme Cissé Mariam Kaïdama Cissé ancienne Premier Ministre et Sy Kadiatou Sow ancienne Gouverneur.
Dramane Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here