Front Social : AEPAM en grève de 72 h et menace d’observer une grève illimitée !

L’association des écoles privées agrées du Mali (Aepam) observe depuis le mardi 07 mars une grève de 72 heures. Une grève qui va du mardi 07 au jeudi 09 mars. L’information est tombée le lundi 06 mars à la suite d’une assemblée générale de l’association. L’Aepam proteste contre le manque de volonté du gouvernement à prendre en charge ses doléances. Joint par nos soins, le Promoteur du lycée « la Bruyère », M. Koné, explique que les doléances de l’Aepam vont de l’augmentation de la demi-bourse qui n’a pas connu une évolution depuis 1972 à l’augmentation des frais de formation des élèves qui n’ont pas connu aussi une évolution depuis 1994 en passant par un moratoire sur le prélèvement et le traitement des impôts. Pendant le même temps, le coup de la vie a augmenté, a-t-il indiqué.
Pour régler le différend, le gouvernement et l’Aepam ont mis en place un cadre de négociation depuis avril 2016. Aux dires de M. Koné, plusieurs rounds de négociations ont été faits. Mais lorsque les deux partis s’apprêtaient à se rencontrer le vendredi 3 mars pour discuter des modalités du moratoire sur le prélèvement et le traitement des impôts, le gouvernement a brillé par son absence.
Selon M. Koné, le ministre de l’Economie et des Finances avait demandé à son homologue de l’Education Nationale de calculer le coup de l’inflation de 1972 à nos jours, cela a été fait depuis. Par ailleurs, il nous est revenu que le ministre de l’Education avait demandé à son homologue de l’Economie et des Finances de faire un moratoire sur le prélèvement des impôts.
Selon M. Koné, il urge que le gouvernement prenne en considération les revendications de l’Aepam en acceptant de revenir sur la table de négociation. A la question de savoir, qu’est-ce que l’Aepam entreprendra au cas où le gouvernement ne reviendra pas en arrière ? « L’assemblée a décidé d’observer une grève illimitée », nous a-t-il dit.
Concernant la réaction de la population, le promoteur du lycée « La Bruyère » dira que les promoteurs sont peinés d’observer ses mouvements de grève. Mais à l’impossible nul n’est tenu, a-t-il fait remarquer en filigrane. M. Koné a tout de même reconnu la volonté du ministre de l’éducation d’aller à un règlement de cette crise. Selon lui, ce sont les autres membres du gouvernement qui ne jouent pas franc jeu.
En tout état de cause, cette grève tombe à un moment crucial, d’autant qu’elle intervient à quelques jours seulement de la composition des classes intermédiaires (10e, 11e, 1ere et 2e) et à quelques mois seulement des examens de fin d’année. A noter que Le baccalauréat malien est prévu pour débuter le 19 juin 2017.
Affaire à suivre……………………
Famory Macalou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here