Hadj 2017 : le quota du Mali passe à 13.330 pèlerins

L’une des innovations du Hadj 2017 apportées par le ministère des Affaires religieuses et du Culte porte sur l’augmentation du nombre de pèlerins qui passe de 9.000 à 13.330.

L’information a été donnée par le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, Hamed Mohamed Yehya, au cours d’une réunion avec les organisations de toutes les confessions religieuses. C’était le vendredi 3 mars 2017 au département.

L’objectif de cette réunion était d’échanger avec les organisations de toutes les confessions religieuses sur l’opérationnalisation de la nouvelle direction nationale des affaires religieuses et du culte ; l’élaboration et la mise en œuvre de la nouvelle stratégie du gouvernement en matière de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme, et l’organisation du Hadj 2017.

Concernant toutes ces questions, le secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et du Culte, Hamed Mohamed Yehya, accompagné du chef de cabinet du ministre, Habib Kane, a demandé une forte implication des partenaires de son département, notamment les associations confessionnelles.

Au sujet du Hadj 2017, le secrétaire général a fait savoir à ses interlocuteurs que les innovations qui sont envisagées par son département vont permettre aux pèlerins maliens de faire leur pèlerinage dans de bonnes conditions. Selon lui, ces innovations portent sur le quota de pèlerins du Mali qui passe de 9.000 à 13.330 ; le démarrage très tôt de la campagne ; des mesures sécuritaires ; des questions de commodité par rapport au transport, à l’hébergement, à la restauration et à l’encadrement.

Par ailleurs, Hamed Mohamed Yehya a souligné que la nouvelle direction nationale des affaires religieuses et du culte va permettre la mise en œuvre de toutes les politiques du gouvernement en matière religieuse et de culte. Il a également fait comprendre à ses interlocuteurs qu’une formation sera organisée dans les jours à venir, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers du département, à l’intention des leaders religieux.
Hamed Mohamed Yehya a aussi indiqué que le département a demandé aux plus autorités de loger la Maison du hadj dans un espace plus grand. À l’en croire, toutes ces initiatives ne peuvent aboutir sans la création d’un cadre de concertation entre le ministère et les organisations confessionnelles.

Le chef de cabinet du ministre des Affaires religieuses et du Culte, Habib Kane, a souligné de son côté qu’il y a une réflexion en cours au niveau du gouvernement pour déterminer le statut du leader religieux, afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la société. Il a précisé qu’au Mali, il n’y a pas de textes qui régissent le Hadj. C’est pourquoi, dit-il, c’est difficile de sanctionner les fautes dans le domaine.
Les interventions des participants à cette réunion ont porté unanimement sur la nécessité de multiplier ce cadre de concertation entre les acteurs et le ministère des Affaires religieuses et du Culte.

Diango COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here