Massacre de Lusaka ! Ces cadets Champions devenus juniors minimes !

Emouvant et pathétique fut le cœur du supporteur malien que j’ai été triste ce jour  de samedi 05 mai 2017 à Ndola. Constat par rapport à cette coupe d’Afrique des Nations Juniors 2017 qualificative de la coupe du monde junior ? Fiasco.

L’explication qu’on pourrait en donner se résume en ces quelques points suivants : Le premier match contre l’Egypte eut un goût d’inachevé. La victoire ayant échappé à ses poulains, l’explication du coach fut que c’était l’entrée en jeu dans la compétition et l’état du terrain qui  a handicapé ses poulains dans la finition ; donc pas d’inquiétude. En réalité les futures rencontres révélèrent la limite des Aiglons : leur condition physique éprouvante. La seconde rencontre contre la Zambie s’acheva sur un score sans appel de 6 buts à 1; ce fut un effondrement total, une noyade collective. Pourtant on y croyait à la mi-temps; hélas ce ne fut qu’un leurre. Pire, la réponse donnée par le coach à la question d’un journaliste voulant avoir une explication technique à la déroute collective de son équipe; le coach répliquait en disant qu’il ne savait pas trop et qu’il fallait qu’il réfléchisse avant. Pour le troisième  et dernier match de poule contre la Guinée, rien n’était perdu car la possibilité de qualification pour la demi-finale de la compétition  et pour  la coupe du monde existait. Dans une poule composée de la Zambie (pays organisateur), de l’Egypte, de la Guinée et du Mali, seule la Zambie était qualifiée pour le prochain tour après deux matchs joués pour 2 victoires. L’Egypte suivait avec 2 matchs nuls en 2 rencontres; venait ensuite la Guinée qui a engrangé un match nul et une défaite en 2 matchs. Ainsi,  L a Zambie étant 1ere de la poule totalisait 6 points avec 7 buts marqués et 1 encaissé. L’Egypte avait 2 points avec 1 but marqué contre 1 encaissé. La Guinée totalisait 1 point avec 1 but marqué et 2 encaissés. Le Mali quand à lui avait 1 point avec 1 but marqué contre 6 encaissés. L’équation était claire pour les trois équipes qui avaient chacune la possibilité de rejoindre la Zambie pour la qualification: donc une seule place qualificative à disputer. Le troisième et dernier match des Aiglons fut palpitant et très palpitant; tant la versatilité de   l’évolution du score nous balançait entre espoir et crainte en deuxième mi-temps. Les Aiglons menant  par deux fois nous ont fait rêver; pour certains c’était la coupe d’Afrique et pour d’autres l’intérêt portait sur la coupe du monde. Au terme de la rencontre la désillusion était au rendez-vous: le score final était de 3 buts à 2 en faveur de la Guinée. Lors de l’’interview dans la zone mixte, le coach guinéen, ayant fini d’exposer son analyse technique qui fut déterminante dans sa qualification, félicita l’équipe malienne. Le coach malien lui succéda dans le questionnaire des journalistes; il se contenta d’affirmer qu’il s’est plutôt investi  à protéger les joueurs contre ce qui se dit sur les réseaux sociaux du fait de leur jeune âge. Question : Comment les jeunes en compétions pouvaient il avoir accès aux réseaux sociaux ? inadmicible ! Dans ce cas le coach nous donne la certitude qu’il n’avait point de concentration par ce qu’il passe tout l’heure temps sur les réseaux sociaux et en plus de tous cela il n’a pas été capable d’analyser techniquement les trois matchs des aiglons. Dommage !  Qu’est ce qui est à corriger chez les Aiglons?
Trois choses essentielles :
1-travailler les conditions physiques et athlétiques pour être endurant pendant au moins 90 minutes.
2-travailler la maîtrise technique individuelle surtout l’amorti de balle suite à une passe qu’elle soit aérienne ou à terre afin que l’adversaire qui est en face ne puisse récupérer le même ballon par incapacité d’amorti. La vitesse balle au pied, la précision des passes longues et aériennes ainsi que la relance de la balle dans l’espace.
3-imposer aux jeunes l’altruisme devant les buts jusqu’à ce que les défenseurs adverses ne sachent qui finalement va marquer le but. Le grand défaut  de l’équipe réside dans l’absence de solidarité entre joueurs ; ils s’ignorent pour les passes de fluidité des jeux. Ill faut leur rappeler constamment que le football est un jeu collectif et non individuel.
Diassi


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here