L’installation des autorités intérimaires : Une prime à la rébellion ?

L’installation des autorités intérimaires constitue l’une des dispositions majeures de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale issu du processus d’Alger. Ces autorités intérimaires doivent être installées dans les 5 régions du nord. Leur installation fait encore couler beaucoup d’encres et de salives, 18 mois après la signature de l’Accord. De Gao à Tombouctou en passant par Kidal, l’installation des autorités intérimaires a entrainé des soubresauts dans toutes ces localités, qui ont fait reculer le gouvernement malien. Quoi qu’on puisse dire, l’installation des autorités intérimaires ne constitue ni plus ni moins qu’une prime à la rébellion, une prime aux armes, d’autant qu’elles ne sont constituées que par ceux-là qui ont pris les armes contre l’Etat central. Dans l’installation de ces autorités intérimaires, les groupes armés continuent de faire du chantage au gouvernement. Ils ont réussi à mettre le gouvernement au pas partout où les autorités intérimaires devraient être installées. Partout l’Etat a cédé devant la pression de ces groupes armés. D’abord à Kidal, la sanguinaire rébellion du MNLA s’était fortement opposée à la nomination du nouveau gouverneur. Une hostilité qu’elle a fait savoir en menaçant de boycotter l’installation des autorités intérimaires. Ce qui a contraint le gouvernement à reporter la date initiale de l’installation des autorités intérimaires. Ce n’est qu’après d’âpres tractations que la sanguinaire rébellion a accepté l’installation des autorités intérimaires. A Gao, c’était le tour du CMFPR II de s’opposer farouchement à l’installation des autorités intérimaires. C’est ainsi que ces membres ont investi avec armes et bagages les locaux du conseil régional de la ville. Le CMPR II n’a levé le siège qu’après la signature d’un protocole d’entente prenant en compte ses préoccupations. Il s’agit de l’élargissement du quota de Gao de 11 à 21 membres. A Tombouctou c’est autour du CJA (Congrès pour la justice dans l’Azawad) de s’opposer à l’installation des autorités intérimaires prévue pour le lundi 06 mars. Depuis le dimanche 5 mars, c’est-à-dire un jour avant la date prévue pour la cérémonie d’installation des autorités intérimaires, les membres du Cja ont procédé à des tirs nourris d’arme à feu dans la ville. Eux aussi à l’instar du CMPR exigent leur association dans le rang du partage de gâteau. Devant cette hostilité, le gouvernement a courbé l’échine en reportant sine die la cérémonie d’installation. Le temps certainement d’assouvir les caprices et les désirs de cet autre groupe armé.

Les dernières actualités au nord du Mali attestent suffisamment que l’Etat malien est faible. Et il suffit de prendre les armes contre lui pour avoir ce qu’on désir. Ce comportement de nos autorités est dangereux. Le nord sera désormais géré par les groupes armés. Ces hommes qui se voient comme des ennemis, pourront-ils s’entendre ? Difficile d’y croire ! Il faut craindre des affrontements entre eux à chaque fois que l’un sent son intérêt menacé par l’autre. Et ce climat qui se pointe à l’horizon risquera de nous faire revivre le cauchemar : Une nouvelle rébellion !

Que Dieu nous assiste.

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here