Madagascar: le cyclone Enawo a fait au moins 5 morts et plus de 12 000 sinistrés

Barrage rompu dans le nord, éboulements, routes coupées et coupures d’électricité à l’est, rivières qui sortent de leur lit sur les Hauts-Plateaux, toitures arrachées… Enawo, le cyclone devenu tempête tropicale, continue de faire des dégâts à Madagascar. Mercredi soir à minuit, le cyclone était au sud-est de la capitale. Tous les aéroports et aérodromes du pays sont fermés jusqu’à nouvel ordre. RFI s’est rendu au Bureau national de gestion des risques et catastrophes, l’entité qui recueille les données sur le terrain et pilote les opérations de secours. Malgré une forte diminution de son intensité (vents moyens à 60 km/h et rafales à 90km/h), et un reclassement en tempête tropicale, plusieurs zones du pays restaient encore en alerte rouge.

16h. Dans moins d’une heure, Enawo aura touché la capitale. Au BNGRC, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes, la dizaine de membres qui se relaient 24h sur 24 dans la cellule de veille s’affairent à collecter et recouper les informations qui lui parviennent sur les dégâts déjà causés par le cyclone.

Les sources sont nombreuses, comme l’explique le lieutenant-colonel Philippe Risser, coopérant français dans le domaine de la protection civile. « On a bien sûr le réseau étatique. Donc, là ça part du fokotany, c’est-à-dire du niveau du village ou du quartier dans la commune, en passant par la région, où là on a un préfet. On reçoit aussi des informations des ONG, type Croix-Rouge Malagasy. On a aussi le réseau des Nations unies qui ont un certain nombre d’agences avec des gens prépositionnés sur le terrain. Et ensuite, pour finir, le réseau informel : des coups de téléphone que l’on peut avoir, des mails de personnes ressources, qui nous envoient des informations qu’il faut bien sûr ensuite traiter », détaille-t-il

Publié: le 09-03-2017 par rfi.fr


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here