TOMBOUCTOU –TAOUDENIT : Installation des autorités intérimaires reportée

Depuis la fin du mois de février, les mécontentements ont atteint un seuil de non retour à Tombouctou et cette situation conflictuelle s’est étendue à la région de Taoudénit.
La raison tient principalement à l’opposition des deux mouvements de la CMA et de la Plate forme au non respect du principe de l’inclusivité référé dans l’accord pour la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. La tension est montée d’un cran le 5 mars dernier quand les éléments des mouvements contestataires singulièrement ceux du CJA( Congrès pour la Justice dans l’Azawad) ont investi les cheick-points des Famas pour empêcher l’entrée dans la cité des 333 Saints et bloquer le processus de mise en place du collège régional. Des coups de feu ont été entendus entraînant la fermeture des commerces.
A Tombouctou comme à Taoudénit, la désapprobation est générale et est soutenue par une fronde civilo-politico-militaire. Le sentiment d’exclusion dans les contritaires se disent victimes est exacerbé selon eux par le choix fait sur des membres par leur tort. Mieux, ils reprochent aux activités aux autorités en chaque disposition de l’installation des autorités intérimaires de n’avoir pas au préalable procordé des consultations auprès d’eux afin d’aboutir à des choix judicieux.
En un mot, les mouvements ne reconnaissent pas le président pour gérer la destinée des régions.
Toutes choses qui ont capoté les négociations à ce jour.
En tout état de cause, la question de l’inclusivité devrait être tranchée dès l’abord par le Comité de suivi de l’Accord(CSA) et les parties signataires de l’accord pour éviter des situations conflictuelles qui impacteraient négativement sur le cours de l’accord de la mise en œuvre de l’accord dans ses différentes dispositions.
Le gouvernement garant dudit accord doit davantage s’impliquer pour sauver les meubles.
A cet égard, la question requiert une démarche consensuelle au seul profit de la nation.
Ainsi les discussions devront dans les tout prochains jours produire des effets probants pour créer les conditions d’une confiance partagée socle d’un vivre –ensemble, cohérent.
Cependant le scénario qui prévaut en ce moment n’altère aucunement l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.
Le scénario de contestation et de protestation en cours découle des griefs faits au schéma de mise en place des autorités intérimaires dans les régions de Tombouctou et de Taoudénit en l’absence de consultations poussées avec les parties prenantes.
MTB

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here