Crise politico-sécuritaire: La MINUSMA est une honte et nos politiciens sont programmés pour décevoir ! Qui veut la peau des Maliens?

Quand les peuples sont opprimés, ses défenseurs sont proscrits : ô vous qui défendez celui que tout un peuple accuse, vous ne vous plaindrez pas de cette injustice ! Nos dirigeants persécutent la vertu dans les ténèbres, nous, nous les jugeons à la face du macrocosme.
C’est la réflexion et l’action politique que nous avons besoin au moment où notre peuple est bouleversé par des attentats terroristes parmi les plus meurtriers de l’histoire récente de notre pays. Le regret de dire que le secrétariat [des Nations Unies] est désormais dans un processus de désagrégation.
Inga-Britt Ahlenius, ancienne directrice du bureau de veille interne, ONU «Il ne part pas seulement en lambeaux [...] il dérive vers l'inutilité», insiste-t-elle dans un document. Qui peut parler mieux que cette femme?
Pour les obtus qui ne comprennent pas encore, déjà en 2013 nous avions écrit ce qui suit (dans les journaux maliens mis en ligne aussi sur Malijet.
C et Mali-Web): Je vous le jure, lors de la rencontre de la MINUSMA et des groupes armés à Bamako, un jeune de la NJA (Nouvelle Jeunesse Africaine) a vu et entendu ceci: Ambery Ag Rhissa, idéologue du MLNA, voulant quitter la salle de réunion entre les groupes armés au Centre international de conférence de Bamako (CICB) il a été supplié par M. Abdoulaye Bathily (le Sénégalais qui voulait être président de la commission de l’Union africaine et qui était le chef de la MUSMA qui devint plus tard la MINUSMA) de rester dans la salle assister aux travaux de groupes afin de ne pas laisser la paternité aux Maliens.
Voyez-vous, compatriotes ! Le problème ce n’est pas que Bathily dise à des rebelles de rester. Ceci est même une bonne chose, en tant que facilitateur mais qu’il ajoute et insiste pour ne pas laisser la paternité aux Maliens, là, il y a une complicité avérée et affirmée. Tout le monde journalistique sait que quand on dit qu’un chien a mordu son propriétaire c’est une information usuelle mais quand on dit que le propriétaire du chien a mordu son chien, là, il y a une préséance informative et même un fait divers.
Les Maliens ne doivent jamais oublier que si la MINUSMA est au Mali c’est parce que les gouvernants maliens l’ont voulu mais apparemment et la MINUSMA et le gouvernement Malien ont oublié cela, le gouvernement malien pense que c’est la MINUSMA qui a exigé à être là et la MINUSMA oublie qu’elle ne devrait pas être là sans l’accord du gouvernement Malien.

Les Nation Unies ont cuisiné la honte et l’ont mangé
Aujourd’hui on a l’impression que les maliens se brossent les dents par personne interposée, plus rien n’est clair. Les djihadistes sont partis mais on tue les Maliens, l’accord de paix est signé mais les anciens rebelles ou les indociles assiègent nos villes, nonobstant les Famas sont là, Barkhane est ici le tout, sous contrôle de la MINUSMA.
Les Nations Unies disent ceci : nous sommes au Mali pour défendre la population mais pas pour faire la guerre. Ouf ! Quelle dichotomie !
L’ambition de dominer les esprits est une des plus fortes passions des nations unies comme la phrase célèbre d’Adolf Hitler : «Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues».
Nous sommes dans un quasi comportement hitlérien, on massacre notre peuple et tous les jours on nous dit que les Nations Unies sont venues protéger nos populations. Les dirigeants des Nations Unies vont jusqu'à livrer à la mort les enfants des impécunieux, des pays qui viennent vraiment se battre et à qui on ne donne pas d’armes mais en plus on dit: «ne tirez pas même si on tire sur vous, le sacrifice que vous allez faire pour vous faire tuer sera récompensé par de l’argent que les nations-unies verseront à vos familles, telle serait la cause pour laquelle des soldats sans défense se font tuer pour maintenir les Nations Unies et embellir le business des grands félins dirigeants sanguinaires et à qui sied bien cette phrase de chez moi «ils ont cuisiné la honte et l’ont mangé» la honte dans leur ventre bétonné ne leur ferait jamais mal, c‘est pour cela que les dirigeants de la MINUSMA nous font sortir des phrases honteuses: le Mali est le pays où la mission des Nations Unies a fait plus de victimes.»

La MINUSMA: Casanova au Mali ?
L’honnête homme a de l’autorité, mais pas d’arrogance, l’homme vulgaire a de l’arrogance mais pas d’autorité. Vous remarquerez pratiquement que tous les cadres des Nations Unies sont toujours des anciens chômeurs qui, sous la bannière de faux experts en réalité expert en rien sauf en galvaudage de fonds, créant ainsi des entorses culturelles dans nos mœurs pour accentuer la perversité et la prostitution (il n’est pas rare de voir des voitures de la MINUSMA devant les maisons des professionnelles du sexe la nuit, c’est pour cela qu’aujourd’hui beaucoup de nos filles et de nos sœurs tombent dans des comportements malveillants, dégoutants qui affaiblissent toute une génération qui n’a plus d’autre ambition que d’avoir ou être sous la grâce des dirigeants de ces établissements omniscients), il faut que nos camarades qui sont spécialistes de films obscènes nous en procurent les pompes conjugales des dirigeants de la MINUSMA.
Tout le monde sait qu’aujourd’hui les missions des nations unies dans nos pays sont en antiphase de nos cultures (l’autre jour un taximan me disait qu’il travaille entre l’hôtel de l’amitié et l’hôtel Laïco de l’Amitié et qu’il passe toute la nuit à transporter des filles maliennes et étrangères qui, parfois le payent en dollars… il ajouta innocemment en bambara, Koro ! nous quand même, ça nous arrange).
La MINUSMA ne sert à rien ne servira à rien il faut que les maliens s’organisent pour mettre la MINUSMA dehors. Au Mali, aujourd’hui, tout le monde sait que la MINUSMA ne sert à rien pour ramener la paix et stabiliser le Mali mais personne ne bronche. Cette institution au Mali embaume notre pays dans une indécence indescriptible. On fait tuer les soldats pauvres des pays pauvres et même parfois des pays riches pour uniquement prolonger leur mission interminable.
Beaucoup de soldats des pays viennent uniquement parce que les missions des nations unies payent beaucoup d’argent, le hic c’est qu’il y a même des gouvernements des pays qui profitent des soldes de ces soldats et parfois sous le joug mafieux, on soutire de l’argent à ces pauvres soldats parfois jusqu’à cinquante pour cent de leur redus et épisodiquement on souhaiterait même leur mort, ce n’est pas du blabla c’est de la vérité rude et clinique. Qui les livrent à ces régicides? Ils ne font rien si ce n’est souiller nos rues avec leurs tanks yankies pour renforcer les thésaurisations de leurs perroquets Maliens qui ont déjà vendus leurs souffles au Démon.

Et l’opposition dans tout ça ?
Que dire de ces propos pris sur malilink un forum d’analystes sérieux engagés et dont le parfum de la censure n’existe point depuis dix ans que je recueille leur mail, je cite: «Dans une république, le rôle de l'État est de dispenser la justice. Quand il n'y a ni État ni justice, la paix sera préservée par la dissuasion. Et la dissuasion ne se produit que lorsqu'il existe un équilibre dans les rapports de force. Malheureusement, ces rebellions au Mali seront contrôlées lorsque les autres prendront les armes et les rebelles réaliseront qu'ils ne peuvent pas dominer par la force. C'est la dure réalité de la vie. La seule façon d'éviter la catastrophe est que l'État joue son rôle».
On ne saurait être aussi pointu et aussi en colère, ces mots seraient d’une réalité implacable même si certaines personnes qui ont toujours à redire diront que ce n’est pas responsable ou que c’est jusqu'au-boutiste.
Dans un pays ou de façon générale les politiciens de tout penchant avalent leurs langues sur la situation actuelle que vit notre pays aucun parti politique n’oserait clairement parler du comportement indigne, sclérosé, inerte, figé et même complice devant la recrudescence inadmissible des attaques des Famas, des tueries journalières des masses, des vols de bétail, des fouilles des voyageurs des transports communs.
Au même moment et tous les jours, les gens du pouvoir tintinnabulent que tout va bien, tout ira bien, l’idolâtrie de l’accord de paix est entrain d’ankyloser les gouvernants a tel point que la pétrification du pays n’est encore sauvée que par l’imaginaire démocratique.
On ne verra jamais des partis politiques de l’opposition comme l’URD ou le PARENA et d’autres qui nous ont habitués à découvrir les comportements de corruption du pouvoir et de mauvaise gouvernance de ce dernier.
On ne verra jamais ces partis de l’opposition dire que la MINUSMA a échoué, ils ne peuvent jamais prendre des positions claires et nettes contre Barkhane ou la MUNISMA, s’ils le feraient, ils exposeront leurs patrons à des sanctions de bornage de visas alors que si Soumaila Cissé, Tiébilé et autres ne trouveront pas de visas pour aller en occident, ils languiraient, vu que leur sève nourricière est en Europe.
Que dire du parti et des partis au pouvoir et des immobilistes qui en sont responsables, tous, sont dans le reniement de la réalité, pour eux tout va bien, tout ira bien avec un premier ministre dont la vision est taquée tacitement à tout ce que la MINUSMA dit, un premier ministre sans gloire ni honneur et dont la seule ambition est de précipiter le Mali dans l’abîme, sortir notre pays d’une déconfiture d’odeur nauséabonde ne le préoccupe point.
La conscience et la lumière de l’intelligence pour distinguer le bien du mal, à Confucius nous ajoutons Confucius pour dire ceci a l’immobilisme du premier ministre, premier ministre dont je ne veux pas tout le temps prononcer le nom car je ne veux pas confondre son nom a celui du premier président du Mali qui mérite mieux que des expirants adossent leur nom à son nom. La vie de l'homme dépend de sa volonté ; sans volonté, elle serait abandonnée au hasard.

La politique un logis de cancrerie
Notre pays aujourd’hui est dirigé par le hasard, livré au hasard par une histoire de hasard qui a choisi un premier ministre au hasard, le tout soutenu au hasard par un parti et des alliés qui ont hasardeusement eu le pouvoir pour nous prédire un avenir hasardeux dans une paix hasardeuse qui ne se réalisera jamais avec un hasard, mais plutôt, en s’armant de patriotisme pour bouter ce qui n’a que trop duré dans notre pays et qui ne nourrit notre peuple que de désespoir, de ravage, de tromperie et de désolation et d’affliction.
Au Mali, depuis des années la politique est devenue un logis de cancrerie ou l’on trouve des patrons de l’UDPM, des petits de l’UDPM, des anciens de l’ADEMA avec des anciens et des nouveaux du CNID, des phagocytés de l’ UDPM (MPR et UDD), des essoufflés de l’ADEMA (RPM) des traitres du PDES, des noms inconnus de l’USRDA (UMRDA) et des jeunes vieux flottants qui perpètrent des partis momentanés juste le temps que dure les élections présidentielles afin d’avoir un poste de chargé de mission.
Nous sommes dans un pays ou tout est oublié, pas de passé tout le monde compose avec tout le monde et aux élections on n’est pas surpris de voir RPM, PARENA, URD, Mouvement citoyen et MPR sur la même liste aux législatives ou aux municipales.
Nous sommes dans un pays ou les oppresseurs sont devenus des valeureux, les indociles sont devenus des opprimés et cela avec des droits pour ridiculiser nos FAMAs à qui on retire «cheickpointe» dans leur ville, leur pays.
Les Forces armées maliennes (FAMAs) sont devenues la cible facile sur lesquelles chacun déverse son venin, la MINUSMA leur interdit de regimber, les faux droits de l’homme les accuseraient dès qu’elles veulent entreprendre une parade, il y a une sorte d’épée de Damoclès sur leurs têtes et aujourd’hui, la seule option qui leur est offerte est de mourir sans se défendre et d’avoir comme unique reconnaissance, un communiqué laconique qui, parfois meublé de fautes, comme pour dire que, mêmes les communiqués sont un poids pour le ministre qui est affairé à faire autres choses que la( mort habituelle) d’un militaire malien. Quelle honte !
Dans ce pays aujourd’hui il vaut mieux être ancien rebelle que d’être un loyaliste. Dans ce pays aujourd’hui, dès qu’on n’est pas d’accord avec le consensus, politiquement correct, on est «conspirationniste». C’est la bonne excuse pour justifier n’importe quoi ! Mais nous, on s’en fout, nous ne croyons qu’à dieu et au Mali, Bon sang ! Qui veut la peau du Mali et des Maliens ?
Ousmane Mohamed TOURE, Manager de Malimex, ex-président de la Nouvelle Jeunesse Africaine

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here