Dissolution de la Femafoot, et après ?

À la suite de la dissolution de la Femafoot, le jeune ministre des Sports a décidé de mettre en place un Comité provisoire chargé d’organiser, de gérer, d’animer, de promouvoir et de développer le football au Mali jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau fédéral.
À cet effet, ledit Comité est chargé de réunifier la famille du football au Mali, de gérer les activités du football pendant la durée de son mandat, d’organiser les compétitions régulières pour toutes les catégories et d’organiser l’assemblée générale élective, conformément aux textes de la Fédération malienne de football.

La composition et la liste nominative des membres du Comité provisoire sont fixées par décision du ministre des Sports. Pour certains observateurs bien avertis, le retrait de la délégation de pouvoir au bureau fédéral peut avoir des conséquences désastreuses pour notre football, surtout qu'elle intervient à quelques huit (8) mois de la fin du mandat de l’actuel patron, Gal. Boubacar Baba Diarra. Pour d'autres, apparemment plus nombreux, c'est un ouf de soulagement, car cette décision permettra de travailler sereinement sur la crise que notre football, sport roi, connaît depuis plus de trois ans et de repartir sur de nouvelles bases en accordant les mêmes chances à tous les éventuels compétiteurs pour la gestion de la Femafoot.

Qui a raison ? Qui a tort ? Je ne saurais le dire à ce stade de mes informations. En tous les cas, il faudrait, à un moment, que quelqu'un ait le courage de siffler la fin de la recréation et d'assumer toutes ses responsabilités tout en s'assumant. Visiblement, c'est Poulô qui l'a fait en premier lieu (même si on peut lui reprocher d'avoir agi sur le tard), Gal. Diarra aurait dû le faire aussi pour éviter à notre football et à notre pays, toute cette humiliation.

En tout cas, cette dissolution aura de lourdes conséquences sur l’avenir de notre sport roi. Déjà, le Comité exécutif de la Fémafoot, après avoir discuté sur ce dossier, a informé les instances suprêmes qui gèrent le football. Il s’agit de la Confédération africaine de football (Caf) et la Fédération internationale de football association (Fifa). C’est dire que le Mali risque une suspension de toutes les activités du football. Le vin est tiré, il fait le boire jusqu'à la lie. Aucune plaie ne se guérit sur du pus, et pour enlever le pus, il fait une thérapie de la plaie qui va forcément saigner. Ça fait mal, sinon très mal mais, c'est aussi le début du soulagement qui aboutit à la guérison.

Yaya SANGARE
Député à l’Assemblée nationale

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here