Sur le conflit à Macina : L’Onu dévoile son rapport

Selon un rapport de l’ONU, 9000 personnes ont fui les violences inter communautaires survenues le mois dernier dans le cercle de Macina. Ces déplacés sont essentiellement des personnes vulnérables et des enfants. Ils se sont installés dans le cercle de Niono et dans la Commune de Diafarabé à Téninkou. Le CICR a lancé un cri d’alarme en faveur de ces personnes dont la situation est jugée « critique » selon son porte-parole.
Une équipe du CICR s’est redue dans la zone pour faire une 1ère évaluation de la situation humanitaire. Ce qui ressort après les violences de ces dernières semaines, est qu’il y a un grand nombre de personnes qui se sont déplacées vers Niono et vers Diafarabé dans le cercle de Teninkou. « A Niono par exemple, nos équipes ont dénombré plus de 5000 personnes déplacées. Malheureusement, la situation de ces personnes du point de vue humanitaire, est très critique. Comme vous pouvez l’imaginer, la plus part de ces personnes déplacées ont précipitamment quitté leur lieu de résidence sans avoir le temps de prendre le nécessaire pour survivre. Là où ces personnes sont arrivées elles passent la nuit sous la belle étoile et les conditions de vie sont aussi difficiles par le manque d’accès à l’eau potable ».

Le rapport indique que ces déplacés sont essentiellement des enfants et des personnes vulnérables qui ont besoin d’aides. « Le 1er besoin qu’on peut relever, c’est le fait que ces personnes manquent d’abri; elles passent la nuit à la belle étoile. Le 2eme besoin est relatif à l’accès à l’eau. C’est une zone relativement aride. Et le 3eme besoin est lié à l’accès aux soins de santé parce que pour les femmes enceintes, pour les enfants de moins de 5 ans, on a relevé des cas de diarrhée vue que ces personnes n’ont pas accès à une eau potable de qualité ».
Selon le rapport, c’est le cercle de Niono qui a reçu la plus grande partie de ces personnes déplacées. D’autres, poursuit le document, se sont rendus vers Diafarabé. Les conséquences selon le rapport, sont toujours les mêmes aussi bien pour Diafarabé que pour Niono. « Ce qu’on ne dit pas assez, est que la situation était déjà précaire pour les population résidentes de ces localités », indique le rapport. Et d’ajouter que des populations qui vivent déjà une situation humanitaire précaire, reçoivent un grand nombre de déplacés. Toutes choses qui accentuent la situation difficile qui devient très critique aussi bien pour les résidents que pour les populations déplacées.
B.Maiga

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here