7ème Rencontre Banques-Presse : Cette initiative de partenariat doit être institutionnalisée…

70

Pour la septième année consécutive, banquiers et journalistes se sont rencontrés sous la houlette de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF) présidée par Moussa Alassane Diallo, non moins PDG de la BNDA. La rencontre s’est déroulée du 17 au 18 mars 2017, au village artisanal de Ségou, sous la présidence effective du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, en présence du président de la maison de la presse, Dramane Alou Koné et des responsables des associations de presse comme l’Association des éditeurs de la presse privée (Assep), le groupe patronal de la presse et l’Union des radios et télévisions libres (Urtel). Plusieurs directeurs de publication, PDG et DG des banques et établissements financiers du Mali, ainsi que des responsables de la Communication des Banques et Etablissements Financiers, ont pris part à cette rencontre qui a débattu d’un thème d’actualité : « Financement bancaire des entreprises maliennes : défis et opportunités ». Pour le ministre de l’Economie et des Finances le Dr Boubou Cissé, cette belle initiative de partenariat entre Banques et Presse doit être « institutionnalisée au regard de sa contribution à l’information et la formation de la population sur les activités bancaires et financières ».

Le président de l’APBEF a adressé au ministre de l’Economie et des Finances les sincères remerciements et la profonde gratitude de la profession bancaire et de toute la presse privée du Mali pour sa présence afin de présider l’ouverture de la 7ème édition des journées de concertation Banques Presse. « Les Présidents des Organisations Professionnelles de la Presse Ecrite, les Directeurs de Publication des organes de presse, les Directeurs Généraux des Banques et Etablissements Financiers du Mali apprécient hautement votre présence à cette cérémonie d’ouverture, qui, une fois de plus, témoigne de l’intérêt que vous portez à nos travaux, mais aussi et surtout de l’importance que vous accordez au rôle des banques et établissements financiers du Mali dans le développement économique de notre pays et dans la promotion du secteur privé », a déclaré Moussa Alassane Diallo, président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (APBEF). Selon lui, la participation effective du ministre Boubou Cissé, pour la deuxième année consécutive à ces travaux, rassure sur sa détermination et son « engagement à ne pas être seulement le Ministre des Finances, donc gestionnaire de la trésorerie de l’Etat, mais aussi celui de l’Economie, donc à la recherche du bien être des Maliennes et des Maliens », selon le président de l’APBEF. « Je voudrais saluer votre engagement et vous assurer de la totale et entière disponibilité de toute la profession bancaire et financière du Mali à contribuer grandement à la réussite de votre mission de développement économique du Mali », a-t-il indiqué.

En application des recommandations de la 6ème édition, un rapport d’évaluation élaboré par un Consultant Indépendant (en l’occurrence Diomansi Bomboté) sous forme de bilan et de perspectives de ces rencontres a été présenté au cours de la 7ème rencontre.

« Les journées de concertation Banques-Presse Privée, exemple unique dans l’espace UEMOA, ont permis de conduire des échanges et des débats sur les grandes préoccupations économiques, financières de notre pays et sur le climat des affaires. Les Travaux ont abouti à des résolutions et recommandations pertinentes qui ont constitué des repères pour les décideurs politiques, l’administration financière, les opérateurs économiques et le monde scolaire et universitaire », a expliqué Moussa Alassane Diallo. « La forte croissance économique que le Mali a connue au cours des dernières années et la transformation structurelle de son économie exigent aujourd’hui la recherche des sources de financement endogènes, innovantes et inclusives pour les entreprises, en faisant appel à de nouvelles intermédiations fondées sur des instruments de mobilisation de ressources adaptées à la couverture des besoins des entreprises », a-t-il poursuivi. Dans cette dynamique, les banques et les établissements financiers du Mali sont décidés à relever les défis et obstacles à la construction d’un secteur financier accessible à tous. « Les PME sont les plus grandes créatrices d’emplois et de revenu national. Elles contribuent grandement à la diversification économique. Dans cette perspective, l’Association Professionnelle des Banques et Établissement Financiers du Mali a inscrit dans ses priorités, en partenariat avec la presse privée, le renforcement de l’éducation financière des populations et la structuration des acteurs bancaires qui apparaissent essentielles pour le financement des entreprises », explique le président de l’APBEF.

Le président de la Maison de la presse, Dramane Alou Koné a témoigné de sa reconnaissance, suite à la promesse tenue l’année dernière et qui a été honorée par les banquiers, de décerner des prix aux journalistes lors des journées bancaires. Le président de la maison de la presse a promis en retour de distinguer aussi des banques et des banquiers. Ce qui a été fait lors du banquet organisé au Mérou Ba, le soir du samedi 18 mars.

Le ministre de l’Economie et des Finances, le Dr Boubou Cissé, a indiqué que les travaux de l’année 2016 lui ont permis d’apprécier la qualité des communications et la hauteur de vue des échanges. « Voilà une belle initiative de partenariat qui, de mon point de vue, doit être institutionnalisée au regard de sa contribution à l’information et la formation de la population sur les activités bancaires et financières ». Pour la septième année consécutive, les journées de concertation réunissent des professionnels, des cadres et dirigeants des banques ainsi que des directeurs de publication de la presse écrite et de la radio.

Elles offrent à tous et à chacun, un cadre idéal de dialogue et d’échange nécessaire au renforcement des activités bancaires et par conséquent au renforcement de notre tissu économique, soutient le ministre. « Ces journées contribuent, à n’en point douter, à la promotion de la bancarisation de l’économie et de l’inclusion financière », poursuit-il.

Le thème de la présente édition intitulé : « Financement Bancaire des Entreprises au Mali : Défis et Opportunités » présente un intérêt certain pour tous les acteurs de la vie économique et financière du Mali. En effet, notre pays a été frappé en 2012 par une crise politico institutionnelle et sécuritaire. Le secteur privé et donc les entreprises, qui portent le développement économique et les opportunités d’emploi, ont été fortement touchés notamment à travers des pertes d’actifs et d’immobilisations, mais aussi et surtout par une baisse du niveau d’activité. Leur rentabilité a été fortement érodée et parfois leur survie semble compromise comme le cas des entreprises évoluant dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie, selon le ministre. « En outre, il est difficilement concevable de parler d’entreprises économiquement viables et financièrement rentables, sans recours aux investissements et par conséquent à son financement. En effet, la relance économique ne peut se concevoir sans le financement adéquat des entreprises par le système bancaire », a fait comprendre le ministre de l’Economie et des Finances.

« A travers ces journées, je vous invite à apporter votre contribution à la réflexion sur le renforcement des stratégies et des outils, pour la promotion d’une croissance économique durable. A ce titre, il est attendu de vos échanges des propositions innovantes de soutien aux entreprises afin qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle dans la croissance durable et inclusive et la création d’emplois pérennes », a-t-il indiqué. Selon lui, des projets et programmes de développement sont mis en œuvre en parfaite adéquation avec l’assainissement des finances publiques. En dépit des pesanteurs liées à l’environnement, le Mali a enregistré des taux de croissance satisfaisants au cours de ces dernières années. « Ainsi, le taux moyen de croissance économique est ressorti à 5%, grâce notamment au maintien et au renforcement de la stabilité macroéconomique et une politique budgétaire adéquate, à l’amélioration de la gouvernance et la consolidation des réformes.

Des thèmes aussi pertinentes que d’actualité ont été discutés comme « financement bancaire des entreprises au Mali : défis et opportunités », présenté par le DG de la BMS SA, Babaly Ba ; « communication d’entreprises : enjeux », présenté par Thiona Mathieu Koné, ancien chargé de communication d’EDM ; « rapport d’évaluation des journées de concertation Banque-Presse », présenté par Diomansi Bomboté.

B. Daou


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here