Commune urbaine de Yanfolila : le Rpm et ses alliés plient bagage

Trois mois après les élections communales du 20 novembre 2016, un contentieux électoral opposait la liste commune du Rpm et ses alliés à celle de l’alliance Fare et Urd dans la commune urbaine de Yanfolila. Le verdict est tombé : la section administrative de la cour suprême de Bamako a validé la victoire de la liste de l’alliance Fare et Urd. C’était le jeudi 16 mars 2017.

L’alliance Fare et Urd est désormais dans ses droits. Elle remporte la mairie de la commune urbaine de Yanfolila. Pour rappel, aux élections communales du 20 novembre 2016, le Rassemblement pour le Mali (Rpm et Barica) et ses alliés Adema Pasj, Codem, Psp, Mpr, Um-RDA, ADP-Maliba ont constitué une liste commune qui était en compétition avec celle des partis Fare et Urd. À la proclamation des résultats, la liste commune des Fare et Urd s’était classée en première position avec 8 conseillers communaux contre 7 conseillers pour le parti au pouvoir Rpm et ses alliés Adema Pasj, Codem, Um-RDA.

Le Rpm et ses alliés vont alors planifier une cabale contre les gagnants dans le but d’empêcher les Fare et l’Urd d’accéder à la tête de la commune urbaine de Yanfolila. Il faut préciser que c’est l’Adema qui a attiré l’attention du Rpm sur le cas d’une candidate Rpm «qui aurait été assesseure dans un bureau», précisément le bureau A7 de Yanfolila. Dans le but de faire basculer la victoire de leur côté, ils ont porté plainte contre la liste Fare-Urd pour demander à la section administrative de la Cour suprême d’annuler les voies du bureau A7, objet de vives contestations entre les deux tendances.

En réussissant ce pari, le Rpm et l’Adema allaient se trouver en tête en termes de pourcentage de conseillers et de voies, et détiendraient ainsi le maire de la commune urbaine de Yanfolila. En effet, ce qui est marrant dans cette histoire, ladite plainte a été formulée par le Rpm et l’Adema contre les Fare et Urd sans que ceux-ci ne sachent réellement ce qui se passait dans les couloirs de la Cour suprême à Bamako.

Dans un premier temps, la Cour suprême a approuvé l’annulation des voies du bureau A7. Mais la liste Fare et Urd a interjeté appel pour arbitraire. Dans son verdict du jeudi 16 mars 2017, la section administrative de la Cour suprême a validé la victoire de la liste Fare-Urd. Pour la liste commune Fare-Urd, les choses ont été tirées au clair. D’autant que «être assesseur et candidat, aucun texte ne le interdit au Mali». Rappelons que le Rpm et ses alliés plient bagage après s’être auto-investis pendant trois mois.

Ousmane DIAKITE/ Stagiaire

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here