Front Social en Ebullition : Tous se plaignent du peu de sérieux des pouvoirs

Le Syndicat de la Santé et de l’Action Sociale, l’Education, le SNESUP, les magistrats sont déjà passés à l’acte. Le Syndicat de la Justice, les Greffiers se préparent ; d’autres mouvements seraient en gestation. Décidément le pays va mal. Tous ces grévistes ont en commun le sentiment unanime que ‘’l’interlocuteur n’est pas sérieux’’. En effet, devant des commissions de médiation, le gouvernement, sans gêne aucune, appose sa signature au bas de documents qu’il fait disparaître aussitôt dans les tiroirs. Ça ne fait pas sérieux ! Pour reprendre l’ex président des USA, ‘’l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes’’. D’ailleurs, si le gouvernement devait organiser ces derniers jours un Conseil des ministres extraordinaire, ç’aurait dû porter, du moins essentiellement, sur le front social en ébullition, particulièrement sur la grève des agents de la Santé et de l’Action Sociale. Au lieu de cela, c’est un Conseil des ministres extraordinaire pour décider d’une Réforme Constitutionnelle qui ferait plaisir uniquement à ceux qui se sont fait entendre par les armes. Mais c’est compréhensible ; ceux qui décident ne sont pas soignés à Bamako, mais en Tunisie, au Maroc, voire en Turquie, en France ou aux Etats-Unis. Pareil pour la crise de l’éducation : leurs enfants sont formés dans les mêmes pays. Dans ces conditions, les grèves peuvent durer autant qu’elles veulent. Sauf que, penser ainsi viendrait à oublier que rien ne peut s’opposer au peuple, à la volonté populaire, à la rue. A bon entendeur… !

S.H


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here