Contre le terrorisme : Des parlementaires de la Cédéao s’approprient le cadre juridique international à Bamako

Les défis de la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : cas du Mali. La question est au centre d’une réunion de cinq jours ouverte ce mardi 21 mars à Bamako. Organisée par la Commission mixte affaires politiques, paix, sécurité et MAEP/affaires juridiques et judiciaires du parlement de la Cédéao, cette rencontre devrait permettre aux députés membres de s’approprier le cadre juridique international et régional de lutte contre le terrorisme.

La réunion délocalisée de la Commission mixte des affaires politiques, paix, sécurité et MAEP/ Affaires politiques juridiques et judiciaires du parlement de la Cédéao a ouvert ces portes hier mardi 21 mars 2017 à Bamako.

Placée sous le thème : « paix et sécurité : les défis de la lutte contre le terrorisme en Afrique de Ouest : cas du Mali ». Cette réunion se veut offrir l’opportunité aux députés membres de la commission mixte de s’imprégner davantage des problèmes liés au terrorisme dans l’espace Cédéao, afin de faire des recommandations utiles au Parlement dans le sens de son implication dans la mise en œuvre des politiques et stratégies communautaires destinés à relever les défis sécuritaires en particulier la lutte contre le terrorisme.

Ce choix, selon le co-président de la Commission mixte du Parlement de la Cédéao, notre compatriote l’honorable Yaya Sangaré, traduit l’importance accordée par le Parlement communautaire aux questions de paix et sécurité en particulier la lutte contre le terrorisme qui constitue la principale menace à la stabilité et au développement de notre espace.

“Plus nous tarderons à le faire, plus le terrorisme international deviendra plus sophistiqué dans ses stratégies, dans ces tactiques et son mode opératoire”, a-t-il prévenu.

Evoquant les actions entreprises par la communauté ouest-africaine contre le terrorisme, le représentant spécial du président de la Commission de la Cédéao au Mali, a souligné le rôle des parlementaires dans le combat contre les jihadistes.

“Vous qui êtes les représentants des populations martyrisées par le terrorisme avez un rôle primordial dans la formulation des politiques et stratégies ou d’autres nouvelles pistes de réflexion de lutte contre le terrorisme afin de favoriser l’instauration d’un climat de paix et de sécurité dans nos villes et villages”, a expliqué Cheaka A. Touré.

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, a salué le choix du Mali pour abriter cette réunion. Pour venir à bout du terrorisme, il a proposé l’équipement de nos forces de l’ordre et sécurité, la création de l’emploi pour les jeunes, l’éducation des générations futures aux effets du terrorisme et surtout l’instauration de l’autorité sur toute étendue de nos territoires

Au cours de cette cérémonie, le président du Parlement de la Cédéao, Moustapha Cissé Lo, a rendu hommage au peuple du Mali qui, depuis le début de la crise de 2012 a su faire preuve de courage et d’abnégation face aux épreuves qu’il a connues. Il a aussi salué le leadership des femmes maliennes dans la gestion de la crise depuis 2012.

Le président de l’Assemblée nationale du Mali, Issaka Sidibé, président de séance, a fait le point de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Le président de l’Hémicycle a réaffirmé à ses homologues l’engagement des autorités maliennes à mettre en œuvre cet accord malgré les difficultés.

Il est prévu au cours de cette réunion, une séance de travail avec les principaux acteurs du processus de la paix au Mali, notamment sur les progrès et les défis.

Maliki Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here