Crise du football : Le CONOR appuie sur l’accélérateur

Le Comité a déjà mis en place une dizaine commissions et rencontré quelques acteurs impliqués dans la crise. La semaine prochaine, il organisera sa première conférence de presse…au siège de la Fédération malienne de football

La durée de la mission du Comité provisoire de normalisation (CONOR) est d’un an et l’équipe du président Sidy Diallo n’entend pas passer un jour de plus aux affaires à l’issue de ce délai. Ainsi, 24h seulement après la remise de la lettre de mission par le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo (16 mars dans la salle de conférence du stade Ouezzin Coulibaly, ndlr), le CONOR s’est doté d’une feuille de route qui s’articule autour de quatre grands points : la réunification du monde du football, la reprise des compétitions, le rétablissement des liens avec les instances sportives internationales, notamment, la FIFA et la CAF.

Au total, 19 commissions, dont 3 commissions indépendantes, ont été mises en place et toutes sont déjà opérationnelles. Le mardi 21 mars dernier, la commission réunification de la famille du football, vers laquelle sont braqués tous les regards, a commencé ses visites de prise de contact. Le président de la commission, Me Magatte Sèye, accompagné du patron du CONOR et de quelques membres du comité, a ainsi rencontré l’Union des jeunes musulmans du Mali puis le leader d’Ançardine, Ousmane Chérif Madane Haïdara.

«Nous avons eu des échanges très fructueux avec les deux interlocuteurs. Non seulement, on a été très accueilli, mais on a également reçu le soutien total des deux parties», confiera Me Magatte Sèye, à l’issue des deux visites. «Haïdara, indiquera le président de la commission réunification, nous a dit qu’il est au courant de la crise pour avoir rencontré le ministre des Sports à plusieurs reprises. Il a ajouté que le ministre des Sports s’est beaucoup battu dans la crise et qu’il peut le témoigner. Pour terminer, il nous a dit ceci : Cette crise est une question nationale qui interpelle tout le monde et qu’il ne peut qu’être avec le CONOR», conclura Me Magatte Sèye, avant d’évoquer la rencontre avec les Jeunes musulmans. «Ils nous ont dit qu’ils sont avec le CONOR à 100%.

Comme Haïdara, eux aussi ont été impliqués dans la crise et savent beaucoup de choses. Ils ont souligné les efforts déployés par le ministre des Sports pour trouver une issue heureuse à la crise, avant de réitérer leur disponibilité à travailler avec le CONOR», dira Me Magatte Sèye qui s’est déjà doté des textes de la FIFA, de la CAF et du statut de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT). Hier, le président de la commission réunification devait rencontrer les trois familles fondatrices de Bamako, les Niaré, Touré et Dravé, les anciens footballeurs et les associations de supporters. Concernant le Comité national olympique et sportif (CNOS), les présidents des clubs, les présidents des ligues et des districts, le CONOR devrait les rencontrer, la semaine prochaine, avant d’animer sa première conférence de presse. Cette rencontre avec la presse devrait se dérouler au siège de la FEMAFOOT qui sera réouvert et qui deviendra le quartier général du CONOR.

D’ores et déjà, le comité a indiqué qu’il gardera tous les employés de la FEMAFOOT qui le souhaitent, à l’exception de deux à trois personnes. «Tous les employés de la fédération seront conviés à reprendre le travail, sauf deux à trois personnes qui doivent être remplacées. On a déjà pris les mesures nécessaires pour la suspension des contrats de ces quelques personnes», a précisé le président du CONOR, Sidy Diallo.

Selon des sources concordantes, trois à quatre employés et pas des moindres, ont décidé de démissionner de la FEMAFOOT et s’apprêtent à adresser une lettre de démission à l’ancien président du comité directeur, Boubacar Baba Diarra. Vrai ou faux ? En tout cas pour le président du CONOR, Sidy Diallo, il y a une certitude : «certains employés de la FEMAFOOT n’attendront pas qu’ils soient délogés de leur bureau». «Il n’y aura pas de chasse aux sorcières, mais il est clair que les contrats de certains employés seront suspendus, avant d’être résiliés», martèlera le premier responsable du CONOR.

B. TOUNKARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here