Election à la CAF : La seconde humiliation de Boubacar Baba Diarra et ses acolytes

La semaine dernière, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, en déposant le président de la Fédération malienne de football, le Contrôleur Général de police, Boubacar Baba Diarra, aura également mis fin à un bras de fer qui dure depuis des années.
C’est à travers la décision N°2017-0011 du 8 mars 2017 portant dissolution de l’organe directeur de la FEMAFOOT, que Housseini Amion Guindo a dissout le bureau dirigé par Boubacar Baba Diarra ; Une semaine après, une nouvelle décision du Ministre des sports tomba : la décision N°2017-0012 du 14 mars relative à la mise en place du comité provisoire pour remplacer le comité exécutif de Boubacar Baba DIARRA.
A travers ce second acte, le ministre Poulo mandate ce comité de transition, dirigé par Sidi Diallo, de prendre (désormais) en main la gestion du football, jusqu’au retour à la normale et l’élection d’un nouveau bureau pour diriger la FEMAFOOT dont les locaux sont actuellement fermés et mis sous scellés, suite à une décision administrative exécutée par des huissiers de justice accompagnés d’éléments des forces de l’ordre. Conséquence de la dissolution du bureau du comité exécutif de la FEMAFOOT, c’est l’interdiction désormais faite à l’équipe désavouée d’effectuer des déplacements hors du pays, pour le compte du football malien.
Une mesure que le Général Boubacar Baba Diarra et ses amis ont violé, en se rendant, le mercredi dernier, en Ethiopie, avec l’intention d’aller prendre place aux cotés des autres fédérations, pour apporter leur soutien au président sortant de la Confédération Africaine de Football, Issa Ayatou. Dans leur calcul, Issa Ayatou, candidat pour un 8è mandat (de 4 ans) à la tête de la CAF, était parti pour rempiler. Mais, ce ne fut pas le cas, cette fois ; Car le «Baoubab» s’est effondré, terrassé par son adversaire, le Malgache, Ahmad Ahmad.
Mais, ce qu’il faut dire, c’est qu’à Addis-Abeba, Boubacar Baba Diarra et ses compagnons, ont encore subi un autre revers (une nouvelle humiliation ?). En effet, arrivés avec armes et bagages dans la capitale Ethiopienne, ils ont échoué dans leurs tentatives d’intégrer la salle où se déroulait l’élection du président de la CAF ; Et comme un mal ne vient jamais seul, Issa Ayatou sur lequel portait tout leur espoir de rebondir, a été vaincu et écarté de la tête de l’instance du football africain.
Oumar Diamoye

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here