Les associations pour le Mali (APM) : La Coordination de Koutiala installée

Ça y est. La coordination des Associations Pour le Mali, de la capitale de l’or blanc est désormais installée. Le bureau de cette coordination a été validé par une forte délégation de l’APM, conduite par Sylvestre Kamissoko, représentant le ministre Mohamed Ali Bathily, président dudit regroupement. La cérémonie qui s’est déroulée dans le quartier populaire de Sogomougou  de la ville, a enregistré la présence des notabilités de la ville, des militants venus de plusieurs environnants et sympathisants. C’est la personne de Sibiri Koné dit Vieux qui assure la présidence de la coordination de Koutiala.

Dans son mot de bienvenue, le chef de quartier de Sogomougou, Fodé Traoré, salué et remercié les membres de la délégation de l’APM  venue de Bamako. Il a demandé à l’assistance de prêter une attention particulière aux messages qui seront donnés par les émissaires de l’association. « Au Mali, tout le monde sait qui est le ministre Bathily et son engagement à défendre dans la justice la cause des couches vulnérables », a souligné Fodé. Avant d’inviter les populations à prendre avec tout le sérieux le mouvement.  Selon lui, soutenir Bathily dans son action, c’est aider le Mali à lutter contre l’injustice. Pour lui, le président de l’APM travaille pour la sauvegarde des droits de tous les Maliens. A Koutiala, nul besoin de rappeler les abus des spéculateurs fonciers, a-t-il dit. Seuls les pauvres sont injustement dépossédés de leurs terres, parcelles et habitations, a-t-il ajouté le chef de quartier de Sogomougoubolibana.

A sa suite, le Président de la Coordination APM de Koutiala, Sibiri Koné dit Vieux, a pris la parole pour d’abord saluer l’assistance et adressé des vifs remerciements à l’ensemble de la délégation pour leur marque de confiance. Il s’est entretenu avec les officiels sur le fait que le bureau de la coordination est composé de trois organes notamment, le mouvement des jeunes, le mouvement des personnes âgées et celui des femmes.

La présidente du mouvement des femmes de la coordination  APM de Koutiala, Awa KONE, a, à son tour remercié les officiels pour leur déplacement. Elle a aussi félicité toutes les femmes de Koutiala et environnants pour avoir honoré leur présence à cette cérémonie.

Elle sera suivie de Bacoumba Koné, non moins présidente adjointe de la commission religieuse de l’Association. Elle a d’abord rendu grâce à Dieu pour avoir fait que ce jour soit. Elle s’est réjouie de l’organisation de cette cérémonie, et de l’accueil qui a été réservé à la délégation. Pour elle, la tenue de cette rencontre dans un tel climat est la  preuve que le Mali se sort petit à petit de sa crise. «  Nous savons que les populations de Koutiala tiennent à leur parole donnée. C’est pourquoi, nous vous faisons confiance », a laissé  entendre Bacoumba Koné. Elle a ensuite indiqué que : « Les Maliens, toutes confessions confondues, ont su préserver l’unité et la cohésion nationale.  C’est à ce titre que nous devons nous donner les mains pour résoudre les problèmes qui ne sont pas que seulement liés à la terre. Tout ce qui entre dans le cadre de la défense des droits religieux, l’association s’attèle à ça».

S’adressant à la masse, Aly Koné, président des jeunes APM de Koutiala a déclaré que l’avenir appartient à la jeunesse. « Nos pères et mères ont déjà fait leur part dans la construction du pays. Il revient maintenant à la jeunesse d’assurer la relève. Seul le travail dans l’union  paie », a fait savoir  le jeune Aly.

Le représentant du président de l’APM, empêché,  Sylvestre Kamissoko,  a transmis les salutations les plus sincères et fraternelles du ministre Bathily. Saluant les populations venues de loin ou de près à cette rencontre, l’envoyé du président de l’APM a insisté davantage sur la forte mobilisation des koutialais pour  rehausser l’éclat de ces genres d’évènements. Selon lui, l’association n’a pour ambition que de défendre les intérêts des populations contre les prédateurs de tout genre. A titre d’exemple, il a soutenu la ferme position de garantir les droits de populations dans l’implantation de la centrale voltaïque initiée par l’extérieur. Pour ce faire, il a rassuré qu’une commission a été mise en place pour recenser toutes les populations dont les terres seront concernées par cette œuvre. Pour lui, l’Etat doit prendre toutes les mesures pour garantir le droit coutumier. « Cet espace se veut un cadre de construction nationale dans l’égalité. Confisquer les terres des pauvres, est un crime à combattre par la dernière énergie », a confessé le représentant du président des APM.

Moussa Koné


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here